Emploi

now browsing by category

 

Quand la VAE est au service de l’emploi !

Photo Comptoir VAE Emploi

Photo Comptoir VAE EmploiEntreprise Solidaire d’Utilité Sociale (ESUS), VAE Les 2 Rives, leader de l’accompagnement VAE, et l’association ADVAE qu’elle soutient ont lancé le Comptoir VAE EMPLOI. Leur objectif ? Aider les demandeurs d’emploi d’Ile de France à booster leur confiance et leur employabilité par la VAE.

De l’utilité de la VAE pour l’emploi

Les freins à l’emploi sont multiples mais la VAE peut au moins en lever trois (3) : l’absence de diplôme, la capacité à faire valoir son expérience, la confiance en soi.

  • La quasi-totalité des offres d’emploi mentionne un diplôme alors que de très nombreux actifs n’en ont pas. Ce fossé, la VAE peut le combler dans la mesure où le candidat peut théoriquement obtenir un des 15 000 diplômes inscrits au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles).
  • Faire une VAE c’est prendre le temps de poser un regard introspectif et rétrospectif sur son expérience professionnelle, l’analyser et la valoriser. C’est prendre du recul sur son parcours pour se poser des questions : qu’ai-je fait ? Comment ? Pourquoi ? Qu’en ai-je appris ? Quelles compétences ai-je mobilisées ? …

Le résultat est toujours spectaculaire : le candidat prend conscience de toute la richesse de son expérience et sait l’analyser, la catégoriser et en parler. Il est donc beaucoup mieux armé pour un entretien.

  • Faire une VAE c’est reprendre confiance en soi. La fierté du travail accompli, la reconnaissance institutionnelle de son parcours, la revanche sur l’école, le nouveau regard sur son expérience, le nouveau regard de ses proches… sont autant de facteurs de confiance inhérents à la VAE. « La VAE a été pour moi un nouveau commencement. Des verrous ont sauté dans ma tête», soutient un candidat ayant obtenu une licence en logistique récemment.

De l’importance de l’accompagnement 

Sans accompagnement, l’abandon est au bout de trop nombreux parcours. Un accompagnement efficace est un accompagnement de bout en bout : du diagnostic à l’après jury.

Schéma Process CVAEELes demandeurs d’emploi ne peuvent toujours pas mobiliser leur CPF pour se faire accompagner. Pourtant, c’est un droit ! Ils bénéficient en Ile de France d’un chéquier VAE financé par la région et allant jusqu’à 12 heures d’accompagnement sur la deuxième phase, et d’une prise en charge de 640 € pour les frais liés à la certification.

Pourtant, notre expérience montre que dans la plupart des cas, cet accompagnement est quantitativement insuffisant et que la première phase (Diagnostic et recevabilité) est décisive dans une VAE. De même, beaucoup de demandeurs d’emploi éprouvent des difficultés à concilier la recherche d’emploi et la VAE. Ils abandonnent donc souvent l’une pour l’autre.

Au-delà, nous constatons qu’il est parfois psychologiquement difficile pour un demandeur d’emploi de trouver les ressources pour travailler régulièrement seul depuis son domicile.

C’est face à ce triple constat que nous avons lancé le Comptoir VAE Emploi

Le Comptoir VAE Emploi : un espace, une méthode, des engagements

Un espace

  • 1 permanence – tenue par des bénévoles formés – ouverte du lundi au vendredi
  • 1 salle équipée d’ordinateurs pour travailler son dossier VAE et rechercher un emploi
  • 1 salle de formation dédiée
  • 1 réseau de partenaires dans la recherche d’emploi

Une méthode 

  • Proposer un espace pour avancer sur son projet VAE en étant toujours accompagné et aidé
  • Concilier projet VAE et recherche d’emploi : le temps de travail sur place est partagé entre l’avancée du dossier VAE et la recherche d’un travail. Des outils et des formations délivrées par nos partenaires seront également accessibles.

Nos engagements 

  • Proposer un diagnostic sur le choix du diplôme et du certificateur
  • Fournir une méthodologie précise et des outils adaptés tout au long de la démarche
  • Garantir un suivi de proximité avec des accompagnateurs en capacité de faire avancer quotidiennement dans le parcours.
  • Mettre à disposition des ordinateurs connectés à internet dans nos locaux
  • Apporter une aide dans les formalités administratives

 

Vous êtes intéressé(e) ?

• CONTACTEZ- NOUS •

La VAE, levier contre le décrochage ?

photo-jules-et-david-vae-lutte-contre-le-decrochage-01

La VAE permet de lutter contre le décrochage

Jules APENUVOR – Docteur en sociologie de l’Université de Franche-Comté, membre associé du laboratoire C35 (Culture, Sport, Santé, Société) et responsable Recherche et Développement au Cabinet VAE Les 2 Rives de 2014 à 2016 (spécialisé dans l’accompagnement à la validation des acquis de l’expérience).

David RIVOIRE – Consultant, Président du Cabinet VAE Les 2 Rives.

Érigé en préoccupation nationale, le décrochage scolaire requiert l’expérimentation permanente de solutions innovantes en tenant compte des métamorphoses de la société française. De ce point de vue, au regard des récentes évolutions du cadre réglementaire de la formation professionnelle, la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) apparaît comme une voie supplémentaire à explorer. Ce chapitre s’intéresse aux possibilités de mobilisation du dispositif de validation des acquis de l’expérience dans une telle perspective. Nous y présentons d’abord le décrochage comme une situation potentiellement handicapante dans un contexte culturel français caractérisé par une représentation du diplôme comme facteur premier d’insertion et d’ascension professionnelle et sociale. En second lieu, nous proposons une analyse de la démarche de VAE comme un processus qui, au-delà de l’obtention d’une certification, favorise l’émancipation ainsi que le développement du pouvoir d’agir et de la confiance en soi. Enfin, une fois ces raisonnements posés, nous énoncerons des pistes de réflexion sur les modalités d’un recours à un tel dispositif comme voie innovante pour lutter contre le décrochage.

1 – Le décrochage scolaire: un obstacle potentiel pour l’insertion

A – Une tentative de définition

L’article L 313-7 de la loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009 définit les personnes en situation de décrochage scolaire comme étant « d’anciens élèves ou apprentis qui ne sont plus inscrits dans un cycle de formation et qui n’ont pas atteint un niveau de qualification fixé par voie réglementaire », à savoir l’obtention du baccalauréat général ou d’un diplôme à finalité professionnelle et classé aux niveaux V ou IV de la nomenclature interministérielle des niveaux de formation (cf. le décret n° 2010-1781 du 3l décembre 2010).

Même si elle est officiellement adoptée, cette définition n’est claire qu’en apparence au regard de la complexité même du phénomène de décrochage, de son caractère multifactoriel et de son ressort idéologique. Cela nécessite d’effectuer constamment des clarifications comme, par exemple, la distinction avec la déscolarisation qui concerne les jeunes âgés de moins de seize ans, soumis à obligation scolaire.

En outre, le phénomène du décrochage concentre des facteurs aussi complexes qu‘enchevêtrés. À titre d’exemple, les sciences sociales font une double lecture du phénomène, notamment comme un acte dont on peut rendre compte de façon objective (quantification) et comme un processus qu’il est plus difficile et délicat d’appréhender (et dont on ne peut a priori prédire exactement l’issue en termes d’arrêt d’une formation).

L’hétérogénéité des profils en fait par ailleurs un phénomène relativement difficile à saisir, les facteurs explicatifs étant pluridimensionnels et questionnant aussi bien les institutions primaires et secondaires de socialisation que des éléments beaucoup plus subjectifs et d’ordre psychologique.

Tout cela explique les difficultés pour dégager une typologie consensuelle des décrocheurs, d’où le foisonnement des approches en la matière. À ce propos, Pierre- Yves Bernard relève quatre types d’approches du décrochage, notamment en tant que situation (une scolarité inachevée), processus, étiquetage et construction politique. De leur côté, Dominique Leclercq et Thierry Lambillotte en font une lecture processuelle, «fruit d’une accumulation de facteurs internes et externes au système scolaire » (Leclercq et Lambillotte, 1997).

Différentes tentatives de catégorisation ont été relevées dans la littérature. Nous évoquons ici, à titre illustratif, les travaux de Kronik et Hargis et ceux de Janosz et al. qui ont le mérite de mettre en relation origine sociale, difficultés d’apprentissage et troubles comportementaux. Kronik et Hargis distinguent trois catégories de décrocheurs : les élèves en difficultés (apprentissage et troubles du comportement), les élèves tranquilles (présentant des difficultés d’apprentissage sans trouble du comportement), et les élèves silencieux (qui échouent à l’examen). Michel .lanosz (in Janosz et Le Blanc, 2005, pp. 94-95) identifie, pour sa part, quatre figures de décrocheurs : les discrets (pas de troubles du comportement, conformes à la demande scolaire, résultats faibles. PCS défavorisées), les désengagés (peu de problèmes de comportement, peu d’aspiration scolaire, performance dans la moyenne mais scolarité non valorisée), les sous-performants (forts problèmes de comportement, faible performance scolaire, situation d’échec), et les inadaptés (problèmes sur le plan des apprentissages, profil psychosocial plutôt négatif, problèmes familiaux, délinquance, déviance).

Dans le contexte français, le décrochage est devenu progressivement une priorité nationale au point de susciter un plan visant à réduire de moitié le nombre de personnes sortant du système éducatif sans diplôme. Ce plan est parti du constat qu’environ 140 000 jeunes par an quittent le système de formation initiale sans avoir obtenu une qualification équivalente au baccalauréat ou un diplôme à finalité professionnelle, CAP ou BEP.

B – Décrochage et insertion professionnelle et sociale

En France, le lien entre décrochage et difficultés d’insertion professionnelle, voire sociale, est souvent évoqué comme une quasi-évidence. À ce propos. Jean-Paul Géhin et Ugo Palheta font un constat édifiant au sujet de la Génération 98, dix ans après être sortie du système éducatif : « Guère plus de la moitié des jeunes sortis sans aucun diplôme en 1998 occupaient, dix ans plus tard, un emploi stable (CDI ou fonctionnaire) contre 74 % pour l’ensemble de la cohorte » (Géhin et Palheta, 2012, p. 18.) Les conclusions de Béatrice Le Rhun et Olivier Monso à l’issue de leur étude comparative sur les diplômés du Brevet de technicien supérieur et ceux ayant suivi le cursus sans obtenir le diplôme abondent également dans le même sens (Le Rhun et Monso, 2015).

Dominique Glasman souligne bien l’ambiguïté des rapports que les décrocheurs entretiennent avec l’emploi et les difficultés auxquelles ils sont confrontés sur le marché de l’emploi. Il évoque ainsi une représentation erronée du monde du travail par les jeunes en difficultés scolaires et engagés dans la voie du décrochage : « Il n’est pas rare que leur discours oppose le monde de l’école et le monde du travail. D’un côté, un monde artificiel, où l’on apprend des choses “qui ne servent à rien”, dans un mode de relation peu supportable pour des adolescent(e)s ; de l ‘autre, le monde “en vrai », où l ’on peut gagner de l’argent, montrer ce dont on est capable, s ’affronter au principe de réalité » (Glasman, 2014, pp. 39-40.) Mais, quand ce jeune trouve du travail, « il se trouve confronté à des réalités pénibles : faibles salaires, conditions [d’exercice] difficiles, précarité à l’emploi, relations de travail dures, horaires bien plus contraignants que les rythmes scolaires ».

En somme, compte tenu d’un environnement économique peu favorable, avec un marché du travail en tensions, sortir du système éducatif sans diplôme présente des risques déjà relevés par Glasman mais abordés de façon plus approfondie dans d’autres travaux. Ainsi, hormis l’enchaînement de contrats précaires et l’alternance de périodes de travail et de chômage, on peut évoquer des difficultés de progression professionnelle et d’insertion sociale exposant le sujet à un risque de désaffiliation.

2 – VAE et insertion 

La VAE apparaît comme un dispositif particulier qui permet la rectification de parcours initiaux chaotiques, tout en aidant son usager à développer un capital de confiance en soi suffisamment élevé pour donner une tournure nouvelle à son histoire de vie. Cela amène à questionner les spécificités de ce dispositif et les mécanismes de construction de l’émancipation qui posent les bases pour l’insertion.

A – Une démarche autoformative

Basée sur une, analyse critique du parcours expérientiel, la démarche de VAE vise à mettre au jour l’adéquation entre des expériences spécifiques et les caractéristiques d’une certification. De ce point de vue, en tant qu’activité réflexive et rédactionnelle, elle permettrait à l’usager de développer un meilleur rapport à l’activité professionnelle, à l’écrit (ure), à soi et à l’autre.

Une analyse globale de cette démarche permet d’appréhender les spécificités des activités qui s’y déroulent concrètement et qui sont susceptibles d’induire apprentissage et formation de soi. Cette dernière suit une progression qui peut globalement se découper en quatre moments : l’information et l’orientation, la recevabilité, la rédaction du dossier d’expérience, et le passage devant le jury. La première phase est caractérisée par une présentation du dispositif et de son déroulement au futur candidat. Ayant la double finalité d’informer et d’aider à cibler le diplôme adéquat, cette étape peut s’apparenter, selon les cas, à un diagnostic de faisabilité du projet. Ensuite, une fois le diplôme probablement accessible identifié, un dossier est déposé auprès de l’organisme certificateur débouchant sur une décision positive ou négative de recevabilité. À ce stade, débute un travail réflexif dans la mesure où il est question de suggérer à cet organisme certificateur l’adéquation entre le parcours expérientiel et le diplôme visé. Le gros du travail se déroule cependant après l’obtention de la recevabilité qui scelle, aux yeux du législateur, l’entrée dans la VAE. Celui-ci consiste en une analyse critique et en une reconstruction d’une série d’expériences avec, pour finalité, de prouver leur lien avec la certification visée.

Cet exercice revient à effectuer une série d’opérations qui induisent une meilleure connaissance de soi, de ses expériences et des environnements où elles se sont déroulées, voire l’acquisition de nouveaux savoirs. Ces opérations sont décrites comme suit par Alex Lainé : « passage de l’oubli au souvenir » ; « passage de l’activité prescrite à l’activité réelle » ; « transformation d’une mosaïque d’expériences relativement éparses en un parcours relativement structuré » (Lainé, 2010, pp. 197-219). En somme, grâce à la VAE, les activités menées par l’individu durant des années, et qui sont appréhendées comme allant de soi, sont soumises a ce travail cognitif qui permet finalement une réappropriation.

B – VAE et pouvoir d’agir

L‘une des vertus reconnues à la VAE réside dans les perspectives qu’elle ouvre pour l’individu, comme si un voile occultant avait été levé grâce à la réussite du processus. Mais dans le fond, au-delà du diplôme obtenu qui n’en est que le révélateur, c’est dans le travail de réminiscence, de réorganisation et d‘auto-attribution des expériences que réside la valeur ajoutée de la VAE. Nous rejoignons, a ce propos, le point de vue d’Alex Lainé qui résume ainsi le changement opéré : « Au-delà de l’obtention de tout ou partie du diplôme […], cet authentique processus d’historicité a des effets non négligeables.

Pour l’essentiel, il s’agit de l’augmentation de la capacité d’apprendre et d’agir du sujet » (ibid., p. 259.) Yann Le Bossé utilise, quant à lui, le concept de « pouvoir d’agir » pour désigner cette phase d’émancipation : ce pouvoir permet à l’individu de « surmonter les obstacles à l expression de “l’être au monde », d’être en mesure d’agir, d’avoir les moyens de se mettre en action ». Dans le cas des candidats à la VAE, cette émancipation se manifeste par le renforcement du sentiment de maîtrise du travail, la croyance de l’individu en sa capacité à donner un élan nouveau à sa carrière et l’acquisition d’une image valorisante auprès de l’entourage professionnel et familial. Pour certains candidats, il s’agirait d’une réelle « transfiguration », dans la mesure où on assiste à une profonde transformation de l’identité sociale et professionnelle.

Par ailleurs, le dispositif de VAE à la particularité de se présenter comme une niche de parcours atypiques. On y rencontre des personnes qui, ayant débuté leur vie professionnelle avec peu ou pas de diplôme, obtiennent, grâce à leurs expériences aussi diverses que surprenantes, une certification qui leur permet soit de propulser leur carrière, soit simplement de prendre une revanche sur un passé chaotique toujours agissant. Nous citons, à ce propos, le cas d‘lsabelle qui a abandonné les études a 21 ans suite à un échec à l’université, échec « dû probablement à une mauvaise orientation ». Elle débute alors sa carrière en travaillant d’abord dans une entreprise familiale qui l’embauche pour effectuer diverses activités administratives. Au bout de sept années, elle évolue au sein de cette PME et devient la Directrice de l’agence Île-de-F rance. Elle ressent alors le besoin de légitimer sa position : « J’ai senti que, même si j’avais appris mon métier sur le tas, il me manquait des connaissances, notamment en droit et en finance. » Aussi a-t-elle préparé et obtenu, en formation à distance au CNED, un BTS en Comptabilité et Gestion. Elle a tour à tour occupé les postes de Négociatrice en immobilier chez Bouygues Télécom et d’Acheteur-projets chez Neuf Télécom. Après le rachat de cette dernière entreprise par SFR, elle a certes gardé son poste au sein de la Direction Achat mais a ressenti à nouveau le besoin de conforter sa place : « En 2008, lors de l’achat de mon entreprise [. . .], j’ai compris que si je voulais conserver un poste intéressant, voire mon poste, je devais prouver à nouveau mes compétences. J’ai également perçu qu’au regard de la taille de cette nouvelle entreprise, un diplôme de niveau bac + 2 ne suffirait pas. » Elle s’engage alors dans une démarche de VAE à l‘issue de laquelle elle obtient une licence professionnelle en Management de projet. La dynamique émancipatoire étant ouverte grâce à l’obtention de ce diplôme, Isabelle entreprend des études en formation continue et obtient, au bout de deux ans, un Master en Administration des Entreprises, spécialité Management général. Occupant aujourd’hui le poste de Responsable des achats au sein de son entreprise, elle accompagne et forme des équipes opérationnelles d’environ deux cents chefs de projets. Elle nourrit, par ailleurs, l’ambition de donner un nouvel élan à sa carrière en s’orientant vers les Ressources humaines, spécialement le développement RH et l’Accompagnement professionnel.

En somme, de par son potentiel émancipateur, la VAE est riche d’apprentissages et source d’exemples pour les personnes en situation de décrochage. Ainsi, à l’exemple d’Isabelle et d’autres anciens usagers, les parcours, chaotiques au départ, se redressant et ouvrent des perspectives professionnelles insoupçonnées.

3 – Conditions de mise en place d’un dispositif couplant VAE et lutte contre le décrochage 

La lutte contre le décrochage couvre essentiellement deux dimensions : « l’anticipation et la prévention des risques de ruptures scolaires d’une part, le traitement curatif lorsque la situation se présente d’autre part » (Bernard et Michaut, 2011, p. 112). Des dispositifs d’accompagnement à l’insertion professionnelle de jeunes en échec scolaire, tous aussi inventifs les uns que les autres, existent déjà et ont fait l’objet de retours très positifs (CLEPT, E2C, Missions locales, etc.). Mais l’arrimage avec la VAE serait une innovation en la matière, avec un cadre réglementaire de plus en plus favorable.

A – Un cadre favorable

L’arrimage de la VAE aux dispositifs actuels ne peut que S’inscrire dans une logique curative. Il s’agit de trouver, à travers l’accompagnement à l’obtention d’un diplôme par la VAE, une solution pérenne permettant l’insertion professionnelle et sociale de gens qui ont déjà posé l’acte d’abandon ou de rupture avec le système éducatif. L’objectif est d’outiller ces personnes afin qu’elles puissent trouver du sens à l’apprentissage et au rapport au savoir, ce qui créerait les conditions pour une réussite de toute démarche de raccrochage scolaire et/ou professionnel.

Les métamorphoses du cadre réglementaire créent les conditions pour recourir à la validation des acquis de l’expérience afin de concevoir des dispositifs innovants d’accompagnement des personnes en situation de décrochage. La loi n° 2013-5 95 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République introduit des modifications dans l’article L.122-2 du Code de l’Éducation en stipulant : « Tout jeune sortant du système éducatif sans diplôme bénéficie d’une durée complémentaire de formation qualifiante qu’il peut utiliser dans des conditions fixées par décret. Cette durée complémentaire [. . .] peut consister en un droit au retour en formation initiale sous statut scolaire. »

La récente loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale ouvre également des perspectives intéressantes pour l’inscription de la VAE dans une logique de parcours. Elle permet en outre de compter, au titre des expériences requises pour la VAE, les expériences de formation en milieu professionnel pour les personnes visant un diplôme de niveau V.

La circulaire n° 2015-041 du 20 mars 2015 relative au droit au retour en formation initiale pour les sortants du système éducatif s’inscrit également dans cette dynamique : « Tous les moyens disponibles seront déployés pour informer de ces nouveaux droits les jeunes sortants et les jeunes sortis sans diplôme du système éducatif:

– information systématique des élèves du second cycle de l’enseignement secondaire des voies générale, technologique et professionnelle ;

– information des jeunes repérés dans le cadre du SIEI ;

– information dans le cadre des plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs ou dans l’établissement ;

– information délivrée par tout organisme contribuant au service public régional de l’orientation susceptible d’être contacté ou d’accueillir des jeunes sortants et notamment les CIO, les missions locales, les points information jeunesse, Pôle emploi, Cap emploi, etc.

– information communiquée à l’occasion de la Journée défense et citoyenneté, dans les agences de travail temporaire, dans les médias ;

– information par les services communs universitaires d’information, d’orientation et d’insertion professionnelle ;

– information des jeunes par le responsable local d’enseignement à destination de [ceux qui sont] pris en charge par les services d’enseignement en milieu pénitentiaire. »

B – L’ancien candidat à la VAE : une figure exemplaire à impliquer dans la lutte

Un candidat qui a entrepris et réussi une VAE a généralement eu un parcours de formation initiale chaotique avec, probablement, un échec au départ, et a dû s’orienter dans la voie professionnelle en étant jeune. Cette personne a connu un parcours professionnel diversifié, en dents de scie. Ayant un potentiel autodidactique plutôt élevé, elle a appris son métier sur le tas et a connu, grâce à ses capacités d’apprentissage et de débrouillardise, une ascension professionnelle. Arrivé à une étape de son parcours professionnel, l’individu qui, au départ, est sorti du système éducatif sans diplôme ou avec un bas niveau de qualification, se retrouve en situation de blocage compte tenu des métamorphoses de son entreprise, de son poste, ou à cause de l’arrivée de personnes plus diplômées et plus jeunes. Cette situation peut être d’autant plus problématique si l’intéressé n’a pas suivi une série de formations qualifiantes dans son parcours. On retrouve ici la catégorie d’identité bloquée (ou catégorielle) telle que décrite par Claude Dubar (Dubar, 2015, pp. 195-205).

Le dispositif de validation des acquis de l’expérience est généralement découvert dans ce genre de situation, à la faveur d’un bilan de compétences ou d’un entretien professionnel. Engagé dans cette démarche, le candidat rencontre trois catégories de difficultés : il se trouve confronté à la complexité de la procédure (et à la multiplicité des interlocuteurs), aux contraintes qu’impose le formalisme des dossiers (réinscription dans une logique scolaire) et au travail de réflexivité requis pour la rédaction du dossier d’expérience. S’imprégnant progressivement des attendus de cette démarche, il prend confiance en lui, “revisite” son vécu expérientiel et rédige son dossier. Il découvre ainsi la richesse de son parcours et sa propre professionnalité. On assiste donc à « une transformation de la représentation que le sujet avait de sa propre pratique, en même temps qu’une modification de l’image concomitante qu’il se faisait de lui en tant que professionnel » (Lainé, 2010, p. 197).

Grâce à la réussite de ce processus, l’ancien candidat se trouve transfiguré aussi bien dans la perception qu’il a de lui-même que dans l’image qui lui est renvoyée par son entourage. Avec une vision renouvelée de son parcours et de sa pratique professionnelle, il est fier de témoigner de son aventure avec la VAE et/ou de son parcours de vie. Cette figure, qui se veut volontiers exemplaire, apparaît comme une opportunité pour la mise en place de dispositifs de mentorat pour la lutte contre le décrochage. Le partage d’un vécu quasi identique avec les jeunes décrocheurs (rupture avec le système éducatif), la possibilité de transmission de valeurs de persistance et du goût de l’effort ainsi que l’opportunité d’un accompagnement à l’intégration de réseaux professionnels sont autant d’atouts qui pourraient être exploités. Cette fonction représenterait une forme de reconnaissance pour ces anciens candidats, une incitation à la revanche et un encouragement pour tous ceux qui sont en situation de décrochage et de quête de soi.

C – Une ébauche de dispositif hybride à expérimenter

Le recours à la VAE suppose un dispositif hybride visant à accompagner les personnes en situation de décrochage vers l’acquisition progressive d’expériences en milieu professionnel. Un accompagnement spécifique destiné à capitaliser, au fil de l’eau, les acquis de ces expériences dans le cadre d’un projet de VAE serait alors assuré en parallèle. Un tel dispositif requiert un partenariat multi-acteurs impliquant aussi bien les entreprises que les organismes de formation et d’insertion dans un cadre synergique. Pour ce qui est des bénéficiaires, l’entrée dans le dispositif se ferait sur la base d’un diagnostic individualisé dans l’objectif d’appréhender les besoins spécifiques et les motivations de l’individu. Cette démarche présenterait l’avantage d’inscrire le projet d’insertion dans une logique de co-construction qui est également source de motivation. La seconde étape consisterait en l’insertion au sein d’une entreprise avec, pour objectif, l’acquisition progressive de savoir-faire permettant d’évoluer dans cet environnement professionnel : fonctionnement d’une firme, codes de conduite et comportements, etc. Des parcours spécifiques de perfectionnement seront ensuite mis en place en fonction des aptitudes et des potentiels détectés. L’arrimage de la validation des acquis se fera à travers le double recours aux anciens usagers du dispositif pour assurer la fonction de tutorat et à un accompagnement spécifique dédié à l’analyse du travail et à la capitalisation des acquis en lien avec une certification ciblée préalablement.

Initialement conçue comme mesure de justice sociale, la validation des acquis de l’expérience a connu des fortunes diverses. Considérée par certains certificateurs comme un mécanisme de dégradation de la valeur du diplôme, elle s’est progressivement imposée au gré de différentes évaluations qui en ont certes montré les limites mais aussi les réussites. Aujourd’hui, avec les évolutions du marché du travail et l’acuité des problématiques d’insertion professionnelle et de décrochage, elle se présente de plus en plus comme une solution pertinente dont l’expérimentation mérite d’être initiée. Ainsi, outre le rôle possible des anciens candidats qui représentent une figure exemplaire, les récentes évolutions du cadre réglementaire de la formation professionnelle permettent un recours efficace à ce dispositif.

Références bibliographiques

BAUDRIT Alain (2010), Le Tutorat : une solution pour les élèves à risque ?, Bruxelles, De Boeck.

BERNARD Pierre-Yves (2011), Le Décrochage scolaire, Paris, PUF.

BERNARD Pierre-Yves et MICHAUT Christophe (2014), « Le partenariat interinstitutionnel : un nouvel instrument de politique éducative ? Le cas des politiques de traitement du décrochage scolaire », Revue Éducation comparée, n° 11, novembre, pp. 111-134.

BERGIER Bertrand et FRANCEQUIN Ginette (2011), La Revanche scolaire. Des élèves multiredoublants devenus superdiplômés, Toulouse, Erès (1er éd. : 2005).

BERTHET Thierry et ZAFFRAN Joël (sous la dir. de) (2014), Le Décrochage scolaire. Enjeux, acteurs et politiques de lutte contre la déscolarisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

BOPOUNGO Jean Carletto (2013), L’Insertion professionnelle des jeunes en échec scolaire. Le projet des z’héros, Paris, L’Harmattan.

DARDIER Agathe, LAÏB Nadine et ROBERT-BOBÉ Isabelle (2013), « Les décrocheurs du système éducatif: de qui parle-t-on ? », France, portrait social, Paris, INSEE, pp. 11-22.

DUBAR Claude (2015), La Socialisation, Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin (1er ed. : 2000).

FLAVIER Éric et MOUSSAY Sylvie (2014), Répondre au décrochage scolaire. Expériences de terrain, Bruxelles, De Boeck.

GÉHIN Jean-Paul et PALHETA Ugo (2012), « Les devenirs socioprofessionnels des sortants sans diplôme : un état des lieux dix ans après la sortie du système éducatif (1998-2008) », Formation-Emploi, n° 118, avril-juin, pp. 15-35.

GUIGUE Michèle (sous la dir. de) (2013), Les Déchirements des institutions éducatives. Jeux d’acteurs face au décrochage scolaire, Paris, L’Harmattan.

JANOSZ Michel et LE BLANC Marc (2005), « L’abandon scolaire à l’adolescence : des déterminants communs aux trajectoires multiples », in BRANDIBAS Gilles et FOURASTE Raymond (sous la dir. de), Les Accidentés de l’École, Paris, L’Harmattan, pp. 67-97.

LAMAMRA Nadia et MASDONATI Jonas (2009), Arrêter une formation professionnelle, Lausanne, Antipodes.

LE RHUN Béatrice et MONSO Olivier (2015), « De l’utilité d’obtenir un diplôme pour s‘insérer : l’exemple des brevets de technicien supérieur », Economie et Statistique, n° 478-479-480, octobre, pp. 35-56.

MAILLARD Dominique, MERLIN Fanette, ROUAUD Pascale et al. (2016). « « Tous » mobilisés contre le décrochage scolaire. Variations autour d’un mot d’ordre national », Bref du Céreq, n° 345, avril, pp. 1-4.

PAGUET Jean-Michel, AMBROGI Pascal-Raphaël et al. (2015), L’introduction des blocs de compétences dans les diplômes professionnels, ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Rapport n° 2015-078, novembre.

PATRIAT François et REQUIER Jean-Claude (2015), Les Écoles de le la deuxième chance, Sénat, Rapport d’information, n° 160, 17 novembre.

ROMAINVILLE Marc et MICHAUT Christophe (2012), Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur, Bruxelles, De Boeck.

 

VAE Les 2 Rives co-organise le festival WIP

image-wip-01

image-wip-01Avec trois autres structures travaillant autour de l’emploi, SoManyWays, Cojob et WorkUp, nous avons décidé d’organiser une semaine collective de recherche d’emploi en octobre.

Nous partageons une vision commune du besoin de décomplexer la recherche d’emploi, de la rendre positive, optimiste, bénéfique de s’en servir pour créer de nouveaux liens, pour aiguiser la curiosité, rencontrer d’autres personnes, d’autres univers. Nous proposons donc le W-I-P Festival (Work in Progress) du 10 au 14 octobre. Une semaine proposée à une centaine de demandeurs d’emploi avec un emploi du temps défini : matin cosearching et après-midi des ateliers à la carte (sur ses compétences, sa recherche, du bénévolat etc…), le tout parsemé de petits déjeuners avec des professionnels, des apérotafs décontractés et d’un après-midi olympiades pour bien clôturer la semaine !

De nombreux partenaires se sont associés à nous et donneront du temps pour les ateliers, nous pensons notamment à Mozaik RH, Activ’Action, Monkey Tie, Jobmakers.

Merci encore !

(à noter que ce sont les jobeurs qui ont travaillé sur le nom, le logo etc !)

Pour en savoir plus et vous inscrire : 

www.w-i-p.fr

NOTRE REGARD SUR LA VAE DE DEMAIN

learning

learning

La VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) est encore, 15 ans [1] après son instauration, ce que l’on pourrait appeler un « célèbre dispositif inconnu ». Ils sont encore trop peu nombreux ceux qui savent ce qu’elle recouvre et apporte à ces salariés, demandeurs d’emplois et indépendants… qui en bénéficient. 

Délivrées depuis sa création 2014, on dénombrait 307 000 certifications [2] par ce dispositif, les années se suivent et les chiffres se ressemblent depuis 2002. Ceux-ci stagnent particulièrement. Pourtant, le Rapport Besson (2008) estimait déjà à 6 millions le nombre de personnes pouvant potentiellement valider leurs acquis. A ces bénéficiaires potentiels, il convient d’ajouter une bonne partie des dizaines de milliers de jeunes qui quittent chaque année le système scolaire sans diplôme et qui doivent faire face à une réalité bien française : le diplôme est très déterminant dans le cadre d’un recrutement. Il est évident que la VAE, qui permet de transformer l’expérience en diplôme, devrait être un outil beaucoup plus connu et utilisé.

Le politique ne s’y est nullement trompé en proposant deux lois, en 3 ans, ayant l’ambition de faciliter son essor. La Loi du 5 mars 2014 – relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale – l’a renforcée en permettant son financement par le CPF (Compte Personnel de Formation). En 2016, la « Loi Travail » a baissé – de 3 ans à 1 an – la durée minimale d’activité requise pour qu’une demande de validation soit recevable. Effectivement appliquée, ce qui n’est pas encore le cas, elle aura un effet notable.

Nous proposons ici un regard prospectif sur ce que sera la VAE de demain et ce qui devra être fait pour qu’elle réalise enfin son changement d’échelle. Nous nous appuyons particulièrement sur une expérience de 15 ans durant lesquels nous avons accompagné plus de 5000 personnes. Voici 5 pistes que nous proposons pour maximiser le potentiel et l’impact de la VAE.

• Favoriser un accompagnement professionnel dès la définition du projet 

La Loi du 5 Mars 2014 a reconnu l’importance de l’accompagnement VAE. Toutefois, celui-ci malheureusement été circonscrit à « l’après recevabilité du projet ». Pourtant, de trop nombreux candidats abandonnent leurs parcours pendant la « phase de recevabilité ». Cette réalité était déjà soulignée dans le rapport Besson : les « taux d’abandon ou d’échec [sont] élevés au début de la démarche, parce qu’il est difficile d’identifier le titre visé » [3]. Sans accompagnement au début, le candidat peut se retrouver face à lui-même. La VAE peut alors apparaître opaque et ressembler à un parcours du combattant. Des complexités administratives sont parfois de nature à décourager. Il nous parait nécessaire d’élargir le droit à l’accompagnement. En fait, il s’agit d’éviter l’abandon.

• Faire changer le regard sur la VAE par le langage de la preuve

Si la VAE était un produit, on pourrait affirmer que ses consommateurs potentiels n’en connaissent pas les propriétés ou encore les bienfaits. Ceux qui la connaissent en ont, en effet, souvent une perception limitée et la réduisent à un moyen d’accéder à une certification. Pourtant, elle apporte bien plus qu’un diplôme. Les candidats et les accompagnateurs vous le diront : elle participe, entre autres, à une émancipation personnelle et c’est là une de ses forces insoupçonnées. Fierté, gain de confiance, estime de soi, de son métier et de son parcours … Ce sont autant de mots qui reviennent quasi systématiquement chez les candidats que nous avons accompagnés. En fait, écrire son récit de vie notamment professionnelle dans le cadre du dossier d’expérience, les amène à creuser chacune de leurs expériences, à prendre du recul et à mieux comprendre les compétences acquises et mobilisées. La VAE consiste en une véritable introspection personnelle et professionnelle qui est plus souvent perçue comme un commencement. C’est un nouveau départ.

Il faudrait qu’un organisme indépendant mesure et prouve ce que, nous, acteurs de terrain, constatons chaque jour. Le dispositif en serait d’autant plus attractif. A notre modeste échelle, nous ambitionnons d’en apporter la preuve sous la direction de notre service Recherche et Développement. Afin qu’elle soit consistante, nous invitons chaque acteur à s’inscrire dans cette logique de la preuve de l’impact social de la VAE qui est encore figée dans certains mythes qu’il s’agit de déconstruire.

Par exemple, loin d’être un marchepied vers un autre emploi, elle est outil de fidélisation pour l’entreprise lorsque celle-ci s’en empare au profit de ses salariés. Mettre en place une politique de VAE, c’est fidéliser les salariés et assumer sa Responsabilité Sociale. En effet, à ses salariés – qui souhaitent valider leurs acquis –, l’entreprise dit : « Je reconnais vos compétences et je veux vous aider à les valoriser ». Cette valorisation n’a nul besoin d’être conditionnée à une augmentation de salaire ou à une promotion. Notre expérience montre qu’elle se suffit à elle-même même si, là encore, une étude devrait être menée pour prouver ce qui est une évidence pour nous.

• Associer VAE et formation pour optimiser leurs impacts

Nous sommes convaincus que la VAE est l’avenir de la formation et vice-versa. Les deux dernières lois y concourent tout comme l’évolution des besoins des entreprises et des organisations.

La « Loi Travail » couve une « partialisation » de la validation des acquis. Il faudra alors accompagner ce changement en renforçant l’aspect diagnostic (afin de garantir que la formation est bien souhaitée et utile à la personne), en proposant aux candidats une palette de parcours allant de la VAE classique (obtention du diplôme sur la seule base de l’expérience) à des parcours diplômants (intégration des modules de formation dans les projets de VAE).

Depuis près de 5 ans, VAE Les 2 Rives met en place ces parcours diplômants pour les entreprises. Nous construisons, avec elles, un « parcours métier » combinant VAE et formation pour permettre à leurs collaborateurs d’accéder à un diplôme en moins d’une année et grâce à 15-20 jours de formation en moyenne. Ce parcours est une combinaison gagnante : la formation est conçue pour apporter les compétences manquantes et pour viser un diplôme couvrant un champ plus large que les acquis de l’expérience. La VAE permet, quant à elle, de valoriser cette expérience et donc de limiter le temps de formation pour l’obtention du diplôme.

Le parcours diplômant répond à des enjeux de formation et de professionnalisation avec une meilleure efficacité pédagogique et managériale. Aussi, il répond à un enjeu de financement. Grâce à la VAE, le parcours est effectivement financé par le CPF et la période de professionnalisation. Fin 2017, nous serons capables de proposer des parcours VAE / formations individualisées.

• Faire de la VAE un levier vers l’emploi

La VAE peut être un levier formidable pour (re)trouver un emploi. En effet, elle apporte une réponse concrète à deux freins réels au retour à l’emploi, lesquels sont deux constats largement partagés par les partenaires sociaux.

Le premier tient à une maladie bien française : la « diplômite » [4] qui pousse les recruteurs à ne regarder un CV que s’il a le bon diplôme alors que nous vivons dans un pays comptant des milliers d’autodidactes. Malgré la pertinence ou l’excellence de leurs parcours, ils sont nombreux ces français à voir leurs compétences et expériences non reconnues car non sanctionnées par une certification. La VAE peut permettre d’obtenir la fameuse ligne qui manque à un CV et ce, afin qu’il soit lu comme il se doit. Le second tient au fait que les demandeurs d’emploi éprouvent parfois les pires difficultés à valoriser leurs parcours. Or, faire une VAE, c’est littéralement faire un bilan approfondi de son parcours professionnel et c’est en ce sens, entre autres, la meilleure des préparations à un entretien.

La solution fondée sur la VAE devrait être aujourd’hui largement répandue, facile d’accès, immédiatement mobilisable… pour permettre à tout un chacun de (re)trouver plus facilement un emploi. Pourtant, alors qu’il s’agit d’un droit accordé par la Loi du 5 Mars 2014 depuis le 1er Janvier 2015, les demandeurs d’emploi ne parviennent toujours pas à faire financer leur accompagnement grâce à leur CPF.

Pour pallier ces problèmes, nous avons ouvert en 2016 le Comptoir VAE Emploi. Celui-ci propose d’accompagner les demandeurs d’emploi afin qu’ils puissent à la fois valider les acquis de leurs expériences et rechercher un emploi. Nous leur proposons une méthodologie adaptée, des ordinateurs en libre accès, un espace d’accueil, des consultants sur place et des partenaires pour les aider à atteindre un objectif double : un diplôme et un emploi. Cette solution reste précaire. Il est particulièrement important de faire enfin appliquer la loi qui permet aux demandeurs d’emploi – à l’égal des salariés – de mobiliser le CPF dans le cadre d’une VAE. Par ailleurs, un public est oublié : les décrocheurs scolaires que le dispositif peut aussi aider. 

De nombreux candidats à la VAE sont des autodidactes qui ont réussi professionnellement. Ce sont, par définition, des anciens décrocheurs scolaires ! Encore trop nombreux chaque année, très peu auront l’envie et/ou les moyens de retourner sur les bancs de l’école pour obtenir un diplôme. La VAE peut donc être un moyen pertinent de raccrochage aux diplômes pour des jeunes réfractaires à l’enseignement classique. La « Loi Travail » est, de ce point de vue, une aubaine puisqu’elle offre une chance au pas ou très peu diplômés. Partant de ce constat, VAE Les 2 Rives a lancé un projet visant à former, embaucher et diplômer une promotion de jeunes décrocheurs scolaires. Concrètement, après 1 an d’expérience professionnelle, nous les accompagnerons dans un projet de VAE afin qu’ils puissent transformer leurs expériences en diplôme.

• La VAE va changer, l’accompagnement aussi !

L’évolution vers les blocs de compétences et l’association de la VAE avec la formation demanderont à l’accompagnateur de s’adapter, à être un assembleur de formations capable de faire de l’ingénierie pédagogique. Le diagnostic va devenir encore plus stratégique.

Le développement du marché de la VAE, depuis la Loi du 5 Mars 2014, nécessite la mise en place de garde-fous pour maintenir une éthique de la profession. Chacun à son niveau se doit de veiller notamment à ce qu’on ne prescrive pas de formations inutiles aux candidats. Nous devons leur proposer des solutions adaptées à leurs expériences et projets.

David RIVOIRE
PDG de VAE Les 2 Rives

Abdoul Karim KOMI
Responsable R&D de VAE Les 2 Rives

[1] La VAE a été instaurée par la Loi du 17 Janvier 2002

[2] Donnée de la Direction de l’Animation de la Recherche des Etudes et des Statistiques (DARES)

[3] Rapport Besson (p.24). Ce rapport souligne, à l’époque, que sur 200 000 personnes s’informant sur la VAE, seules 75 000 (soit 37,5%) déposaient un dossier auprès d’un certificateur.

[4] La diplômite est cette « affection symptomatique du système éducatif caractérisée par d’abondantes et inlassables poussées de fièvres diplômeuses ou diplômantes ; c’est comme on voudra. Et si l’on va plus loin et que l’on considère bien la diplômite comme une véritable maladie, on peut alors s’inquiéter des conséquences occasionnées par ces fièvres : auto-dévaluation, dépression, apathie, le patient n’a plus conscience de sa valeur » (Rivoire, D., en collaboration avec Schaeffer, E. (2012). Génération VAE. De l’expérience au diplôme. Studyrama Pro).

La VAE est une solution contre le chômage ! par David Rivoire

solutions-chomage1

solutions-chomage1

 

La VAE est une réponse au chômage ! Profitons-en !

D’aucuns disent que l’on a tout essayé contre le chômage. D’autres proposent des solutions qui représentent pour les entreprises ou pour l’état un coût supplémentaire. Il existe pourtant un dispositif au potentiel sous-évalué et sous-exploité,  et qui présente l’énorme avantage d’être déjà financé : la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

Celle-ci permet de  transformer l’expérience acquise au cours de sa carrière en diplôme. Issue de la loi de modernisation sociale de 2002, la VAE a été pendant 14 ans marginalisée dans l’univers bien vaste de la formation. Mais la loi de mars 2014 qui cherchait à rendre les compétences davantage reconnues et valorisées dans le parcours professionnel, l’a mis sous les projecteurs. L’expérience positive d’une entreprise sociale comme VAE Les 2 Rives qui, depuis 10 ans a accompagné plus de 4500 personnes dans la mise en œuvre de leur VAE, montre que l’impact du dispositif peut aller bien au-delà de la sécurisation d’un parcours professionnel. Elle peut être une solution pour le chômage d’aujourd’hui et peut prévenir le chômage de demain.

La VAE comme levier vers l’emploi

La VAE peut être un levier formidable pour trouver un emploi puisqu’elle apporte une réponse concrète à 2 freins réels au retour à l’emploi, deux constats largement partagés par les partenaires sociaux.  Le premier tient à une maladie bien française, celle de la diplômite qui pousse les recruteurs à ne pas regarder un CV s’il n’a pas le bon diplôme. 40% des actifs sont aujourd’hui autodidactes en France et, malgré l’excellence de leur parcours, voient leurs compétences et leurs expériences non reconnues car non sanctionnées par un diplôme. La VAE peut permettre d’obtenir la fameuse ligne qui manque leur son CV pour être lu.

Le second tient au fait que les demandeurs d’emploi éprouvent parfois les pires difficultés à valoriser leur parcours. Or faire une VAE, c’est littéralement faire le bilan approfondi de son parcours professionnel pour identifier toutes les compétences acquises, tous les savoir-faire tirés de la moindre expérience et apprendre à les mettre en avant. Elle est en ce sens la meilleure des préparations à un entretien.

La solution de la VAE devrait être aujourd’hui largement répandue, facile d’accès, immédiatement mobilisable, pour permettre à tout un chacun de retrouver plus facilement un emploi. Or les demandeurs d’emploi ne parviennent pas encore avec leurs conseillers Pôle Emploi à faire financer leur accompagnement VAE sur leur CPF. Et pourtant la loi de mars 2014 leur accorde ce droit !

La VAE pour accompagner les mutations du travail

Avec l’automatisation, la digitalisation et la robotisation, certains métiers sont appelés à muter, voire à disparaitre. Dans certains cas, la VAE peut être une réponse efficace pour l’entreprise comme pour le salarié en associant à de la formation une VAE pour obtenir un diplôme et donc de la lisibilité sur les compétences acquises. Nous appelons ça un parcours diplômant. Notre entreprise a ainsi proposé à un grand groupe de distribution un parcours comprenant 120 heures de formation et une VAE à des hôte(sses) de caisse pour obtenir un BAC Pro  ARCU (Accueil Relation Client et Usager). La VAE renforce leur employabilité en interne, comme en externe tout en leur donnant une reconnaissance officielle et institutionnelle. La formation, rendue plus attractive par la VAE, permettra à ces salariés de s’adapter à l’évolution de leur métier qui comportera plus de relation et de conseil client. Enfin ce parcours comprend une solution de financement intégrée : le CPF pour la VAE, la période de professionnalisation pour la formation.

Nous pensons qu’à l’heure du CPF, cette hybridation est l’avenir de la VAE comme elle est aussi un avenir pour la formation.

La France possède avec la VAE un outil efficace pour mener son combat pour l’emploi. Nous demandons simplement que la loi de mars 2014 soit respectée et appliquée pour que les demandeurs d’emploi puissent mobiliser leur CPF et bénéficier comme n’importe quel salarié d’un accompagnement VAE suffisant. A l’heure où les partenaires sociaux éprouvent les pires difficultés à concilier flexibilité et sécurité, la VAE constitue l’une des réponses à cet enjeu majeur pour les salariés comme pour leurs employeurs. Une réponse efficace, peu coûteuse et immédiatement généralisable. Alors n’attendons pas !

 

David Rivoire, PDG de VAE Les 2 Rives

Le financement du bilan de compétences

n70T7Ji4NL_E_5iu79lWWDl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Le bilan de compétences permet de faire un constat sur votre parcours professionnel, d’analyser vos compétences, vos aptitudes et surtout vos motivations.

Le bilan de compétences peut se financer de différentes manières :

  • Le financement personnel : le bilan de compétences suppose une prise en charge intégrale par celui qui souhaite l’entreprendre, et peut s’effectuer auprès de consultants ou de cabinets de conseil spécialisés en la matière L’avantage principal de ce financement est que le candidat accède à la prestation sans le moindre délai.
  • Le financement grâce au Fongecif ou l’Opacif de votre secteur : ce financement suppose quelques conditions. En effet, le candidat qui le souhaite doit être salarié d’une entreprise en CDI, avoir 10 ans d’exercice professionnel, dont 12 mois dans l’entreprise actuelle, ou bien être salarié en CDD comptabilisant 24 mois de travail. L’inconvénient de ce financement est que le candidat doit s’attendre à un délai d’environ 60 jours pour accéder au bilan de compétences.
  • Le financement grâce à Pôle Emploi : que l’on soit demandeur d’emploi ou salarié, chacun a le droit d’accéder à un bilan de compétences via Pôle Emploi, que ce soit pour faire le point, ou même redéfinir totalement son projet professionnel.
  • Le financement grâce au plan de formation de son entreprise : chaque salarié peut bénéficier s’il le souhaite du financement intégral de son bilan de compétences ; même si celui-ci ne fait pas encore parti des formations requises dans le Compte Personnel de Formation (CPF) créé en 2015, il est bien sûr finançable par votre entreprise.

See original image

5 techniques pour gérer son stress au travail

1298480263_Votre-guide-antistress-Sommaire_h_content_l_zoom

Parce que le monde du travail exige beaucoup de la part des salariés, l’anxiété fait partie intégrante de la vie professionnelle. Si le stress peut se révéler comme un véritable moteur pour certaines personnes, il peut également être paralysant pour d’autres. Quelques conseils pour mieux vivre le quotidien de l’entreprise…

1. Je respire, je me relaxe…

En cas de stress, il faut respirer, prendre quelques minutes pour se recentrer sur soi. De même, il est important de faire de véritables pauses pour se couper du travail et repartir plus efficace et motivé.

2. Je réalise des efforts physiques

Pratiquer un sport peut se révéler très bénéfique ; il n’enlèvera rien à la cause de votre stress au travail, mais il permettra au contraire de faire relâcher la pression à votre corps et de sentir mieux mentalement… Prêt à repartir !

3. J’accepte la contrariété

Un conflit avec son chef ou un collègue ? Une mauvaise situation avec un client ? Il faut accepter que parfois des évènements nous échappent, demain sera meilleur !

4. Je ne reporte pas à demain

Comme le dit l’adage, ne reportons pas à demain ce qui peut être fait aujourd’hui ! Il est important de se fixer des objectifs sur une journée ou une semaine, pour pouvoir les atteindre et être satisfait des différentes tâches accomplies.

5. Positive mind !

Les personnes stressées ont souvent tendance à noircir les faits. Au contraire, dédramatisez et voyez le bon côté des choses : si votre supérieur vous demande de refaire une tâche, dites-vous qu’il a validé toutes les autres et que tout ne peut pas être parfait !

Mutuelle d’entreprise : Quelles nouvelles obligations pour le dirigeant d’entreprise ?

mutuelle-sante-entreprise

Depuis le 1er janvier 2016, tous les salariés d’une entreprise bénéficient maintenant d’une couverture complémentaire de santé obligatoire et collective.

En effet, l’article L911-7 du Code de la sécurité sociale, modifié par la loi du 14 juin 2013, prévoit désormais que la mutuelle d’entreprise est obligatoire pour tous les salariés et financée au moins à 50% par l’employeur.

Mais quels salariés sont concernés ?

La complémentaire santé collective doit bien sûr s’appliquer à l’ensemble des salariés, c’est-à-dire aux personnes qui ont signé un contrat de travail au sein de l’entreprise et sont liées au dirigeant par un lien de subordination.

Cependant, il existe certaines exceptions et certains salariés peuvent même demander une dispense d’affiliation :

  • le salarié est en Contrat à Durée Déterminée ou bien saisonnier : un salarié qui a signé un CDD de moins de douze mois peut obtenir s’il le demande une dispense d’adhésion.
  • les salariés à temps partiel et apprentis : si la cotisation due par le salarié ou l’apprenti travaillant moins d’un mi-temps est au moins égale à 10% de sa rémunération, il peut choisir de ne pas adhérer à la mutuelle collective.
  • les bénéficiaires de la CMU complémentaire ou d’une aide à l’acquisition d’une complémentaire santé.
  • le salarié travaille pour plusieurs employeurs : il peut choisir de ne souscrire qu’à l’une des mutuelles d’entreprises, tout en prévenant les autres employeurs par écrit.
  • le salarié est couvert par une complémentaire santé individuelle ou il est couvert par une autre complémentaire obligatoire, comme par celle de son conjoint par exemple.

Les avantages de la mutuelle d’entreprise sont nombreux puisque celle-ci permet au salarié de bénéficier d’une protection santé moins chère et souvent de meilleure qualité qu’un contrat négocié de manière individuelle. Un contrat collectif offre le plus souvent des niveaux de remboursements de mutuelle plus élevés sur les dépenses essentielles de santé comme l’hospitalisation, les consultations d’un spécialiste, les soins dentaires, etc…

Comment lancer un brainstorming opérant

reunion-a-caractere-professionnel

Le Brainstorming s’il est bien mené, peut donner des résultats extraordinaires. La méthode permet de rassembler la créativité de toute une équipe pour élaborer de nouvelles idées, perfectionner la qualité des services, communiquer sur des problématiques communes et se confronter à différents points de vue…On est plus créatifs à plusieurs.

reunion-a-caractere-professionnel

Plusieurs étapes sont nécessaires à son bon déroulement en vue de le rendre le plus productif possible :

– Tenez informés les participants de la réunion à l’avance. Vous devez formuler clairement le motif du brainstorming, énoncer le contexte.

– Choisir les participants en mélangeant des personnes de différents services, inviter des créatifs, des jeunes comme des anciens pour que les idées viennent d’horizons différents.

– Demandez aux participants de venir avec une liste de 5 ou 10 propositions pensées en amont pour gagner du temps.

– Préparez la réunion un jour avant, mettez des feutres et feuilles de papier à dispositions des participants pour que chaque idée émise ne soit pas oubliée.

-Prévoyez au moins 45 minutes de réunion dans une salle où il est possible d’exposer les papiers au mur afin d’avoir une vue d’ensemble au moment de choisir la meilleure idée.

– Au début de la réunion, rappelez que le Brainstorming doit laisser libre court à leurs idées, et donc qu’ils doivent marquer tout ce qui leur passe par la tête.

– Procédez à un vote à main levée et choisissez les 5 meilleures réponses puis la meilleure réponse.

– Faites un compte rendu juste après la réunion avec les résultats et toutes les suggestions, elles pourront re-servir pour une prochaine séance.

Avoir confiance en soi au travail

Confiance en soi au travail

Si la confiance en soi est source de bonheur, son manque provoque bien des souffrances, y compris au travail. Se sentir compétent pour résoudre ses difficultés, pour gérer sa vie personnelle et professionnelle, c’est croire en soi. Cela s’apprend, se corrige ou se travaille. La confiance, c’est tout simplement, selon le dictionnaire le Robert, « le sentiment qui fait qu’on se fie à soi-même ». C’est un élan vital permettant d’accomplir ce que l’on doit faire dans l’existence. Ainsi, la confiance en soi est un précieux ressort qui alimente la volonté, la détermination, l’opiniâtreté, l’audace, la persévérance et l’ambition.

Comment avoir une juste conscience de sa valeur personnelle, comment avoir confiance en soi au travail ?
L’estime de soi se nourrit de deux sentiments essentiels : celui d’être aimé et le celui d’être compétent. Une personne qui n’a pas confiance en elle appréhende le jugement des autres. Cherchant à se faire apprécier, accepter, se montrant trop à l’écoute des réactions d’autrui, elle peut perdre de vue ses propres besoins et rencontrer de grandes difficultés à choisir, trancher, décider. « Une personne à haute estime de soi a envie de réussir, là où celle a basse estime de soi a peur d’échouer », explique Christophe André, psychiatre et psychothérapeute français.

Ainsi, pour gagner une confiance en soi durable, il faut abandonner certaines attitudes néfastes telles que se comparer aux autres continuellement, conserver un idéal de soi-même inaccessible, écouter ses voix intérieures dépréciatives, ne pas dire de mal de soi car les autres s’en chargent. Délaisser ces mauvaises habitudes, ne pas se laisser aller, développer la connaissance de soi, prendre soin de soi, être à l’écoute de ses besoins, sont des premiers réflexes de conservation de son intégrité et de reconquête de sa propre estime.

avoir_confiance_en_soi_01
Qu’appelle t-on le « syndrome de l’imposteur » ?

Aussi appelé syndrome de l’autodidacte, les personnes atteintes de ce syndrome expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel. Ces personnes rejettent donc plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs entreprises à des éléments qui leur sont extérieurs (la chance, un travail acharné, leurs relations, des circonstances particulières). Elles se perçoivent souvent comme des dupeurs-nés qui abusent leurs collègues, leurs amis, leurs supérieurs et s’attendent à être démasquées d’un jour à l’autre.