Tremplin VAE

now browsing by category

 

Vers une génération VAE ?

La liberté et le lien. La VAE a précisément à voir avec ces deux mots-là.

 

Notre système éducatif étant devenu obsolète, il n’a pas intégré cette évolution des mentalités issue des nouvelles technologies et donc la génération Z est porteuse. Il continue à mettre les jeunes à des pratiques d’évaluation en faisant passer ceux qui n’ont pas le niveau pour des perdants. Il ne privilégie qu’une seule voie: celle du diplôme par la formation, soit la concurrence, la nécessité d’être le meilleur, de bûcher dans l’espoir d’obtenir le poste le plus intéressant et le mieux rémunéré.

vae-les2rives-photo4Dans la réalité, la génération Z nous dit que les choses ne se déroulent plus ainsi, qu’il existe d’autres moyens d’acquisition du savoir, de partage des connaissances et d’accès au savoir-faire.

Le grave problème du système éducatif français est qu’une fois qu’on en est éjecté, il est extrêmement difficile d’y revenir. La VAE est un des outils incontournables qui le permet. Il est primordial dès maintenant de réfléchir aux moyens d’engager cette démarche dès l’école, de tracer cette ligne d’horizon: opérer des sorties vers l’emploi sans dire « pour toi, c’est fini » mais en donnant la possibilité de revenir plus tard à la formation, parce que l’expérience accumulée éclairera l’envie de celui qui aura pu, grâce à son expérience, préciser ses choix d’orientation professionnelle.

Les étudiants de la génération Z choisissent souvent l’alternance ou s’engagent dans des activités bénévoles ou professionnelles pour accumuler de l’expérience, parce qu’ils savent que les études ne suffisent pas forcément à elles-mêmes.

L’enjeu est de mettre en cause un système où tout se joue dans la réussite scolaire et où ne sont offertes par la suite que des voies de « rattrapage » bien étroites. Cela est possible si l’on modifie les modes d’éducation, d’orientation et de promotion pour transformer le parcours d’évaluation verticale du système éducatif: scolarité, université, diplôme, vie active en un parcours évolutif plus souple qui permette d’avoir une liberté de mobilité entre les savoirs formellement construits et les savoirs construits dans la pratique, entre le minde de l’expérience et le monde de la connaissance: scolarité, expérience, certification, vie personnelle, vie active, alternance, diplôme, université, etc. définissant le paradigme d’un nouveau parcours.

Pour rendre cette liberté de mobilité possible, il est indispensable de créer des liens. Aujourd’hui, dans nos sociétés, la liberté ne peut exister sans lien. Liens pour favoriser le développement personnel et professionnel, liens entre le monde du travail, les entreprises, les tissus associatifs, les financeurs et les organismes publics ou privés chargés de l’éducation de la formation et de la recherche. Liens entre le savoir et l’expérience, entre la connaissance et la compétence. Liens entre la valeur du diplôme et la valeur de l’expérience.

La VAE est est un de ces liens indispensables susceptibles d’amener chacun à accéder à une meilleure autonomie à travers une plus grande intelligence de ce qui l’environne et de ce sur quoi il agit.

Après 10 années d’existence, il est crucial de clarifier le fonctionnement de la VAE en lui donnant un cadre cohérent pour éviter qu’elle ne subisse des dérives qui pourraient lui être fatal et permettre qu’elle trouve sa place comme voie de connaissance, de reconnaissance, de réalisation et de construction de soi.

Dans l’alphabet inventé par la nouvelle génération silencieuse, après le Z, il y a VAE.

Constats: les freins au bon fonctionnement de la VAE

Au regard de l’experience qui est la nôtre après de plus de 2 500 VAE, nous avons dressé ce qui nous semble être les problèmes de fond freinant le bon fonctionnement de la VAE.

L2R1L’immobilisation et le cloisonnement

Immobilisme et cloisonnement , des deux mots s’appliquent à la VAE et contribuent forcément à freiner son développement et sa généralisation. L’importance de la reconnaissance de l’expérience comme outil indispensable du développement des parcours professionnels et personnels est-elle bien mesurée en France?

Nous préférons penser qu’un terrain de dialogue existe entre les différents acteurs de la VAE pour la décloisonner, pour qu’elle ne soit plus un dispositif à part, mais un dispositif parmi tant d’autres, pour qu’elle soit reconnue unanimement comme une autre voie possible d’accès au diplôme et à la sécurisation des parcours et qu’elle appartienne, de plein droit à un ensemble: celui du système éducatif.

L’absence d’outils de mesure

Comment améliorer la VAE plus efficacement si on ne dispose pas de moyens aléatoires pour mesurer sa portée et son efficacité?

Catherine Claude-Morel suggère que soit créer un extranet « full web » mutualisé faisant office d’indicateur statistique, mis en place sur la base d’une configuration et d’indicateurs faisant l’objet d’un tronc commun fixé par les différentes structures chargées du processus. Il permettrait d’avoir accès à l’ensemble des données et des statistiques et un suivi précis par régions des parcours VAE. il serait alors en mesure de fournir des données précises pour estimer l’efficacité de la VAE.

De même, si le formulaire Cerfa possédait une interface plus attractive et si on en imposait la pratique, il deviendrait un indicateur très précieux. Il aurait le mérite de réunir l’ensemble des données  de tous les acteurs de la VAE, qu’ils soient publics ou privés.

La concurrence du bilan de compétences

Le bilan de compétence consiste à faire le point sur sa carrière, à lister ce que l’on a fait, les compétences et aptitudes que l’on possède, les tâches ou responsabilité que l’on aime ou pas assumer etc. afin de s’interroger sur son projet professionnel.

La VAE consiste à faire le point sur ce que l’on sait faire, permet de définir l’ensemble du savoir acquis et de valider ces acquis par l’obtention d’une certification. Le bilan de compétence réalisé en amont d’une VAE pourrait aider cette dernière à mieux se faire…mais il peut parfois être un obstacle à franchir pour mieux comprendre les enjeux du parcours de la VAE. Mais il est important de noter que ces deux dispositifs se complètent et ne sont donc pas concurrents: l’un au service de la construction d’un projet de vie, l’autre pour l’obtention d’un diplôme.

Mais la question est: en terme d’évolution professionnelle de quoi ai-je besoin? D’un bilan de compétence ou d’une VAE? La VAE n’est presque jamais proposée au sein de l’entreprise lorsqu’est mis en place un plan de sauvegarde de l’emploi. Il est est de même dans les organismes publics tels que Pôle Emploi, il est systématiquement proposé non pas une VAE mais un bilan de compétences. Pourquoi? Parce que son dispositif n’est pas complètement maîtrisé par les agents chargés de l’information, parce que beaucoup de conseillers l’ignorent, par intérêt financier…

Cette déconsidération de la VAE pousse les organismes à n’établir aucun lien entre les deux. Il serait bien de parler de complémentarité entre bilan de compétences et VAE: le premier intervient à un moment de la carrière où la personne interroge son avenir, la deuxième pour reconnaitre ses compétences acquises pour mieux les valoriser.

Les erreurs internes

En réalité, très peu d’erreurs conceptuelles ont été commises dans l’élaboration interne de la VAE. Ces erreurs, très peu soient elles, nous semblent possiblement rédhibitoires. leur incidence pourrait porter atteinte en premier lieu au candidat qui pourrait y voir une forte motivation…pour se décourager!

La complexité du dispositif

6 candidats sur 10 estiment « difficile » de faire une VAE. Délai d’attente, déficit d’information, problème de formation des jurys, opacité des démarches, maquis des certifications représentent des raisons de complexité du dispositif.

Avoir ou non son diplôme

Le jury peut avoir le vieux réflexe du DRH: disparité entre deux personnes n’ayant pas le même niveau mais concourant pour le même diplôme par le biais de la VAE. Il se forge une première impression de la valeur d’un individu sur son nombre de diplôme avant de s’intéresser à la personne et à son expérience. Ce jugement est préjudiciable: en quoi le point de départ pourrait-il être un critère de jugement quand ce qu’il faut apprécier est un parcours d’expérience?

Les 3 ans d’expérience

En imposant 3 ans d’experience pour bénéficier d’une VAE, la loi 2002 a élargi le dispositif à un plus large public (la VAP posait une condition de 5 ans). En même temps, elle l’a rendu plus difficile en compromettant  indirectement, l’acces des diplômes du supérieur qui demandent 7 ou 8 années d’études.Pour les professeurs d’universités: comment pourrait-on délivrer un diplôme bac+ 5,6 ou 7 à quelqu’un qui a seulement 3 ans d’expérience professionnelle? Il faut bien l’admettre, trois ans d’expérience pour avoir un CAP ou un bac professionnel est acceptable mais mais cela ne l’est plus lorsqu’il s’agit d’un bac +8. Cela vient aussitôt renforcer le préjugé décrit précédemment…

Le choix d’être passé à trois années d’expérience au lieu de cinq était de rendre plus accessible la VAE à un maximum de personnes par rapport à la VAP et de lui donner ainsi un maximum de chances de se généraliser. Mais ce choix a impacté négativement le processus puisque, quand le niveau d’expérience est insuffisant, le verdict tombe: le certificateur oppose son véto. Il serait donc peut-être judicieux de faire figurer sur le référentiel de compétences du titre, sans mention d’obligation, un nombre d’années d’expérience conseillées par le certificateur…

L’absence de diagnostic

Aujourd’hui cette étape est trop négligée. Pourtant, les Centres et Points Information Conseil sont là pour venir en aide aux candidats au niveau de leur projet professionnel, du repérage de la bonne certification et du financement. Alors pourquoi une telle déperdition des candidats? Le temps consacré à cette étape est-il trop court? Mauvaise formation des conseillères? Absence de liens entre conseillers et certificateurs? En tout cas, cette étape et cruciale et determinante car c’est de là que dépendra la réussite de la VAE.

La VAE, un outil indispensable

La VAE est incontestablement un outil indispensable permettant de favoriser l’évolution individuelle, une bonne insertion professionnelle et personnelle au sein de la société.

 

cropped-32602560950d351d39e7f6_16861784964e11b32934060_bandeau1.jpgA fortiori, elle est une mesure pour l’emploi et donc elle est une arme contre le chômage. Elle permet à ceux qui n’ont forcément ou ou voulu suivre une formation de progresser dans leur domaine d’activité et de mieux s’insérer dans le monde du travail.

La VAE a un impact positif considérable tant au niveau personnel que professionnel. Au niveau personnel, quand le candidat obtient sa certification, avec la satisfaction qu’il éprouve, cette estime de soi, il en sort grandi. Son assurance au niveau de ses compétences et de ses aptitudes est renforcée. La VAE constitue un véritable épanouissement personnel.

Certains définissent la VAE comme « une seconde chance », comme si elle était un moyen de se rattraper pour ceux qui avaient échouer dans leur système scolaire ou universitaire. Mais elle n’en est pas une! Le « Tout n’est pas joué à la fin des études » de Vincent Merle ne doit pas s’entendre ainsi. cette affirmation attribue à la VAE la notion d’égalité des chances dans les possibilités de se diplômer et en fait une deuxième normale d’accès à la certification. Ce qui signifie que se former sur le tas ou à l’école conduit à la même certification. « La VAE est un facteur d’équité et d’égale dignité entre les différentes manières d’apprendre » précise encore Vincent Merle.

Le diplôme obtenu par la VAE certifie que son titulaire possède à la fois les capacités et la qualification, le savoir et la pratique de ce savoir acquis par l’expérience. Mais il ne faut pas trop appuyer dans ce sens car cela dévaloriserait la formation initiale en sous-entendant qu’un diplôme acquis par la VAE a plus de valeur qu’un diplôme obtenu par formation initiale. Mais ceci est un faux débat car la VAE n’est pas un moyen de certification concurrent à la formation initiale: elle établit une équivalence entre le savoir acquis par la formation et celui acquis par l’expérience.

Une autre raison qui rend la VAE comme un outil indispensable est que la VAE accrédite la possibilité de rentrer par l’expérience dans des domaines ou des champs d’activités que la longueur ou la difficulté de la formation a priori interdit. La formation sur le tas permet de laisser entendre qu’il n’y a pas de métiers « réservés » à une élite. Celui qui a le désire de réussir peut le faire par l’expérience.

Mais ce ne sont pas les seuls arguments: signalement des compétences sur le marché du travail, identification pour les entreprises des compétences des candidats à un emploi, augmentation de l’employabilité, amélioration et sécurisation des parcours professionnels, promotion sociale, conserver son emploi en cas de restructuration, évoluer en obtenant un salaire revalorisé et de nouvelles responsabilités, faire reconnaître son expérience à sa juste valeur etc. La VAE répond à de nombreuses autres situations professionnelles.

Les candidats qui s’y présentent le savent. Le jeu en vaut la chandelle.

La CNCP et le RNCP

La CNCP et le RNCP, qu’est-ce que c’est ?

La CNCP, la Comission nationale de la certification professionnelle a été créée par la loi sociale du 17 Janvier 2002. Elle est composée de représentants ministériels, de représentants des régions, de partenaires sociaux, de représentants des chambres consulaires et personnes qualifiées.

Sa mission est de répertorier l’offre de certifications professionnelles au sein de répertoire, le RNCP, et de veiller à la cohérence, à la complémentarité et au renouvellement des diplômes et des titres, ainsi que’à leur adaptation à l’évolution des qualifications et de l’organisation du travail pour éventuellement émettre des recommendations à l’attention des institutions délivrant des certifications à finalité professionnelle.

Elle a en outre pour tâche d’informer les personnes et les entreprises sur les certifications inscrites au RNCP et sur les certifications reconnues dans les états membres de la Communauté européenne, de signaler les éventuelles correspondances entre certifications, de recenser dans un inventaire spécifique les certifications et habilitations correspondant à des compétences transversales exercées en situation professionnelle et d’élaborer une nouvelle nomenclature des niveaux de certification en rapport avec les emplois occupés.

Le RNCP est le corollaire direct de la CNCP. Il dresse la liste des différents titres, diplômes et certifications d’Etat ou homologués par l’Etat et donc accessibles par la VAE et fournit leurs descriptifs ainsi que les bases d’informations qui serviront à situer la demande de VAE et à savoir si elle est fondée. De plus, elle a un rôle prépondérant dans le bon déroulement de la VAE : de l’accès à une certification de la VAE à son financement.

Sa création avait pour but de rendre plus accessible les certifications. Elle a également voulu poser le principe qu’il ne peut y avoir qu’un seul référentiel de certification et que les modalités d’évaluation sont identiques pour tous.

L’accompagnement VAE

VAE

Les accompagnateurs, qui sont-ils?

entreprise20

  • Les opérateurs agéés par des certificateurs: les Greta (groupements des établissements publics) et les Dava (Dispositif académique de la validation des acquis) qui intruisent les dossiers pour le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement scolaire (ceux de l’enseignement supérieur sont gérés par les universités qui disposent d’une grande autonomie par rapport à la VAE); les Afta (associations pour la formation professionnelle des adultes) qui s’occupe des titres du ministère du Travail et de l’Emploi; les agences régionales de santé en charge des dossiers du ministère de la santé etc.;
  • Les certificateurs eux-mêmes;
  • Les sociétés d’accompagnement privées;
  • D’une manière générale, n’importe qui…puisque chacun peut s’improviser accompagnateur VAE.

 

Les fonctions de l’accompagnement

Il n’est pas obligatoire. Le candidat peut se lancer seul dans l’aventure de la VAE. Néanmoins, est vivement recommandée car il favorise la réussite de la démarche de VAE » (allez sur le site www.vae.gouv.fr pour plus d’information).

Qu’est-ce qu’un accompagnement?

Lors de l’élaboration de la loi de modernisation de la VAE de 2002, le législateur n’a donné aucune définition particulière de l’accompagnement qui lui semblait naturellement inclus dans le processus de validation du certificateur.

En se développant, la VAE a fait émerger un nouveau marché: l’accompagnement. Celui-ci a évolué de façon anarchique avec pour seuls cadres certains certificateurs ou sociétés privées d’accompagnement, en vain. c’est en 2004 avec la création du congé VAE qu’a été fixé la durée de l’accompagnement à 24 heure, en l’alignant arbitrairement sur celle du bilan de compétences.

« La démarche de la VAE est une démarche complexe et nécessite un travail personnel important. Un accompagnement du candidat apparaît généralement indispensable pour franchir les trois étapes majeures:

  • la selection du diplôme correspondant aux compétences acquises et aux projets professionnels du candidat;
  • la constitution et la rédaction du dossier VAE permettant au candidat de faire la preuve de ses compétences;
  • la préparation de l’entretien avec le jury« . (selon le médiateur de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur dans son rapport de 2008)

Cependant, l’apparition d’un accompagnement de 24h apporte de nombreuses aberrations:

  • une indifférence totale au regard des constats unanimes de l’ensemble des acteurs sur la nécessité d’un accompagnement plus large;
  • des organismes financeurs usant de moyens détournés pour financer auprès de prestataires les phases réputées non imputables;
  • des accompagnateurs proposant des offres sur la totalité du parcours en acceptant de ne se voir financer que la partie post-recevabilité, créant ainsi une cohérence de l’offre sur le marché.

Face à cet état des choses pour le moins déroutant, c’est créé par la suite un certain nombre de chartes. L’officielle, la Charte des services de l’Etat pour l’accompagnement des candidats à une certification professionnelle par la voie de la VAE, établie par les ministères certificateurs et publiée sur www.vae.gouv.fr liste une série d’engagements basiques et minimums: fournir une information claire sur les procédures, proposer des délais d’attente et des durées acceptables ou être à l’écoute du candidat… ce qui est bien la moindre des choses. S’en est suivi un certain nombre de chartes.

Aujourd’hui, la DGEFP réfléchit à un projet de centralisation et d’harmonisation de l’accompagnement à travers une analyse et la mise en commun des pratiques locales.

D’autres part, un projet européen est en cours de dont l’objectif est la création d’un label qualité sur l’accompagnement VAE.

Nous espérons que l’accompagnement VAE trouve enfin sa définition et son cadre.

Interview de Anne-Marie Nasseys

 

Anne-Marie Nasseys a obtenu un BTS Assistante de Gestion PME/PMI par la VAE, avec un accompagnement VAE Les 2 Rives.

 

Voici son témoignage et ses conseils sur la démarche de la VAE.

 

Pourquoi avoir entamé une démarche de VAE ?

Pour voir si j’en étais capable et ce que je valais.

Est-ce que la VAE a répondu à vos attentes ?

Oui, tout à fait !

Qu’est-ce que cet exercice vous a apporté dans votre bien-être au travail ou dans votre vie personnelle ?

Cet exercice a permis de me remettre en question et de sortir des sentiers battus, (35 ans de carrière valaient bien cela). Par ailleurs je me suis prouvé que je pouvais  y arriver même à 55 ans.

Un conseil d’organisation pour nos futurs candidats dans leur quotidien pour l’écriture de leur dossier ? (entre le travail, les enfants, les sorties, … ?)

Il faut consacrer un temps régulièrement  (chaque jour, chaque semaine) pour ne pas oublier où nous en sommes, il faut néanmoins faire cela comme un plus et non comme une contrainte (mais sérieusement). Le faire un peu tous les soirs.

Comment évacuez-vous la tension de la semaine ? (sport, activités …?)

En m’aérant, en marchant en lisant ou en allant au cinéma.

Obtenez votre diplôme grâce à la VAE !

La VAE, de l’expérience au diplome: première définition

VAE Les 2 Rives accompagnement VAELa VAE, validation des acquis de l’expérience, est un dispositif qui donne la possibilité d’obtenir, sans reprise d’études, une certification, un titre ou un diplôme en s’appuyant exclusivement sur son expérience professionnelle et ses compétences. Parallèlement à la formation initiale, à la formation continue et à la formation en alternance, la VAE constitue une quatrième voie d’accès aux diplômes, aux titres et aux certificats.

La formation n’est désormais plus le seul moyen d’obtenir une certification.

La VAE découle de deux autres mesures: l’une permet d’accéder à un cursus de formation, sans justifier du niveau d’études ou des diplômes ou des titres normalement requis (et ce depuis la loi Savary de 1984 – décret 1985), l’autre de valider partiellement un diplôme (VAP 92 – décret 1994).

La demande de validation est présentée sous forme d’un dossier d’experience qui retrace l’ensemble des activités du demandeur et met en lien ses compétences et ses connaissances avec les savoirs et compétences propres au diplôme visé. La demande de certification est évaluée et validée par un jury indépendant, incluant professionnel et enseignants.

Cette définition de la VAE n’est valable qu’à l’intérieur du système français dont la particularité est encore de placer trop souvent sa confiance sur le diplôme plutôt que sur l’experience…

Qui peut y prétendre ?

Toute personne engagée dans la vie active: salariés (CDD, CDI, intérimaire etc.), non salariés (commerçant, collaborateur de commerçant, profession libérale, agriculteur ou artisan etc.), demandeurs d’emploi indemnisés ou non, bénévoles, agents publics, personnes ayant exercé des responsabilités syndicales, personnes ayant exercé des activités sociales, bénévoles et/ou volontaires (syndicale, associative).

La VAE est un droit individuel accessible à tous, sans condition d’âge, de nationalité, de statut, de niveau de formation ou de qualification ou de diplôme précédemment obtenu.

Sous quelle condition ?

Il n’en existe qu’une seule: le candidat doit justifier d’au moins trois ans (en continu ou discontinu) d’experience salariée, non salariée ou bénévole, en rapport avec le contenu de la certification envisagée.
N’entrent pas en compte dans la durée d’expérience requise les périodes de formation initiale ou continue, les stages, et périodes de formation en milieu professionnel accomplis pour l’obtention d’un diplôme ou d’un titre.

Résultats de l’enquête de satisfaction VAE Les 2 Rives le temps de travail réalisé sur le dossier VAE

VAE Les 2 Rives coach VAE

Le cabinet VAE Les 2 Rives a réalisé une enquête de satisfaction du 15 Juin 2013 au 21 Juillet 2013 auprès des diplômés de la VAE !

 

VAE Les 2 Rives coach VAECette enquête démontre que 50% des diplômés ont estimé les heures de travail réalisées sur le dossier VAE chaque semaine de 4h à 7H par semaine. 24% l’ont estimé de 1h à 3h par semaine et seulement 26% à plus de 8h par semaine.

De plus, en moyenne, une démarche VAE s’effectue à 53% entre 6 et 12 mois. Pour 16% des diplômés, elle s’est déroulée en moins de 5 mois et seulement pour 23% d’entre eux, son temps s’est estimé entre 13 à 18 mois.

La VAE est un parcours qui n’est pas sans difficulté mais l’enquête montre bien qu’avec de la motivation et surtout de l’organisation, la VAE est à portée de tous !

Interview de Philippe Robino

 

Philippe Robino a obtenu un MASTER CCA et DSCG par la VAE, avec un accompagnement VAE Les 2 Rives.

 

Voici son témoignage et ses conseils sur la démarche de la VAE.

 

Pourquoi avoir entamé une démarche de VAE ?

J’ai souhaité rentrer dans la démarche VAE pour obtenir le Master CCA, puis le DSCG, afin de capitaliser et valoriser toute mon expérience, et le chemin parcouru. Au delà de la reconnaissance personnelle de mon travail, la VAE s’est inscrite également dans le cadre de mon projet professionnel d’être, à terme, associé expert comptable au sein d’un cabinet. Cette situation professionnelle me permettrait d’exprimer pleinement mon souhait profond d’aider les collaborateurs à évoluer dans leur travail, et d’accompagner les clients tout au long de la vie de leur entreprise

Est-ce que la VAE a répondu à vos attentes ?

La VAE a répondu totalement à mes attentes et restera pour moi une belle expérience à travers laquelle :

 

Au niveau personnel :

  • J’ai valorisé et obtenu la reconnaissance de mon parcours professionnel
  • J’ai enrichi mes connaissances à travers mon étude du MASTER CCA et le DSCG
  • J’ai obtenu une profonde satisfaction avec l’obtention du MASTER CCA et le DSCG

 

Au niveau professionnel, l’obtention des diplômes:

  • Me permet d’accéder au DEC, mon prochain objectif, et donc me donne la possibilité d’être à court terme expert comptable
  • M’encourage dans mon projet qui me tient à cœur qui est d’accéder aux responsabilités des signataires, des associés.

 

Qu’est-ce que cet exercice vous a apporté dans votre bien-être au travail ou dans votre vie personnelle ?

  • Je me suis fait plaisir à raconter dans mon mémoire mon histoire professionnelle, le recul sur mon expérience a donné à mon travail davantage de sens : je souhaite maintenant transmettre aux autres mon savoir-faire et savoir-être dans ce métier.
  • L’obtention du diplôme DSCG m’a permis d’améliorer ma rémunération dès maintenant.
  • Cela me donne un statut différent au sein cabinet, en tant que référent  dans le domaine de la VAE pouvant fédérer d’autres collaborateurs sur la démarche VAE, et aussi en tant qu’exemple pour motiver les jeunes dans leur travail à faire pour l’obtention du DEC

 

Un conseil d’organisation pour nos futurs candidats dans leur quotidien pour l’écriture de leur dossier ? (entre le travail, les enfants, les sorties, … ?).

Dans mon cas, les points clés ont été les suivants :

Avant de me lancer j’ai bien évalué les enjeux de la VAE pour moi et ma famille : j’ai bien mesuré avec mon épouse les efforts et sacrifices que cela pouvait engendrer, et je les ai relativisés par rapport aux conséquences dans ma vie professionnelle. Je me suis engagé à me donner les moyens de réussir.

Ensuite l’organisation mise en œuvre a consisté à respecter cet engagement, à travers :

  • La régularité dans le travail (pour moi environ 10 h par semaine), avec des séances de 4 à 5 heures chacune  (un soir ou en matinée le week end, en veillant à respecter ce volume d’heure chaque semaine en s’accordant bien sur de la flexibilité en fonction du quotidien professionnel et familial).
  • L’accompagnement du cabinet Les 2 Rives qui  a été déterminant, afin de maintenir une cadence de travail, une efficacité dans la production du mémoire. L’accompagnement  est indispensable pour faire le pont entre l’expérience et le diplôme, pour mettre en forme son récit, mettre en relief le meilleur de son expérience, l’authenticité de son histoire.

 

Comment évacuez-vous la tension de la semaine ? (sport, activités …?)

J’ai pratiqué la course à pied, avec un footing d’une heure par semaine. Pour moi, cela a été vital,  cela m’a maintenu en bonne santé, m’a aidé à évacuer, tout cela pour être plus que jamais disponible au sein de ma famille.

7 Conseils pour prévenir les abandons et les échecs des candidats à la VAE selon Isabelle Cartier

 

Isabelle Cartier a élaboré 7 conseils pour prévenir les abandons et les échecs des candidats à la VAE dans le journal Entreprises et Carrières n°1129 du 29/01 au 04/02 2013.

 

Ces 7 conseils sont à suivre pour les employeurs qui souhaitent mettre en place la démarche de VAE auprès de leurs employés et pour éviter les abandons et les échecs.

 

Notre consultante Isabelle Cartier a organisé en 2011 un partage d’expériences entre 8 entreprises grands comptes ayant mis en place une ou plusieurs démarches collectives  de VAE.

Notre consultante Isabelle Cartier a organisé en 2011 un partage d’expériences entre 8 entreprises grands comptes ayant mis en place une ou plusieurs démarches collectives de VAE.

Ce qu’il faut en retenir, c’est l’importance d’une information ciblée auprès des salariés, détaillant les différentes étapes, calendriers, les attentes des jurys, les moyens mis à disposition par l’entreprise ou encore les besoins et contraintes que demande une telle démarche. Il est essentiel de définir clairement les rôles de chacun: le manager, les ressources humaines, l’accompagnateur etc.

« Il s’agit de dédramatiser sans enjoliver ».

Cibler la certification de manière réaliste par rapport au profil du candidat (qualification et potentiel) et à la réalité de l’activité actuelle de celui-ci.

« Compte tenu de l’investissement personnel nécessaire, les candidats qui s’engagent dans la démarche, visent avant tout une validation totale ».

La validation partielle n’est pas un échec pour autant ! Elle peut être considérée comme un tremplin vers une validation totale, c’est pourquoi il est essentiel de la valoriser dès le départ auprès du candidat comme une « étape du parcours » et de le « rassurer » sur un accompagnement post-jury le cas échéant.

Lors de ce partage d’expérience, Isabelle Cartier a constaté que chez les 8 grands comptes interrogés, les 3 années minimum d’activité en lien avec la certification visée ne suffisent souvent pas à garantir le succès d’une telle démarche. Les salariés ayant bénéficié de nombreuses formations internes ont en général plus de chances de réussite.

Concernant l’accompagnement, il est à privilégier entièrement ou en partie, pendant le temps de travail et avec l’implication du manager dans sa mise en place. Sa durée est variable de 24H à 35H en moyenne, réparties sur 6 à 8 mois maximum.

« L’enjeu est de donner un rythme régulier à l’accompagnement … »

Pour optimiser les chances de réussite d’un candidat pour lequel il subsiste un doute entre 2 niveaux de certification, il est intéressant de présenter 2 dossiers concernant des certifications de la même filière mais de différents niveaux aussi bien pour passer le cap de la recevabilité que par rapport au jury final.

« La loi autorise un candidat à présenter jusqu’à 3 demandes de VAE pour 3 certifications différentes par an ».

Concernant les démarches collectives pouvant concerner des salariés de différents sites de l’entreprise géographiquement éloignés, l’enjeu est de « garantir une équité de traitement, tant au niveau de l’accompagnement, qu’à celui des modalités de validation des acquis ». Il arrive même que ertaines entreprises ont même négocié un accord-cadre avec le certificateur.