motivation

now browsing by tag

 
 

Les principaux objectifs des entreprises…QUAND ELLES IMPULSENT UNE DÉMARCHE DE VAE

lucho-34

lucho-34Cet article est le premier d’une série. En effet, nous avons mené une étude – auprès d’anciens candidats et de leurs entreprises – que nous avons décidé de partager avec vous. Aujourd’hui, nous abordons les principaux objectifs des entreprises quand elles impulsent une démarche de VAE. Quels étaient vos trois principaux objectifs en impulsant une démarche de validation des acquis de l’expérience ? Ces objectifs, ont-ils été atteints ? Ce sont là 2 questions que nous avons posées à une dizaine de « RH-VAE »[1] ; le cabinet Les 2 Rives ayant accompagné plus de 700 candidats à la VAE avec leurs entreprises. Ces dernières, chacune ayant sa réalité, ont construit au fil des ans de réelles politiques de VAE et ont donc de longues et mûres expériences en la matière. Leurs regards sont d’autant plus pertinents que leurs objectifs sont presque les mêmes.

Quels étaient vos trois principaux objectifs en impulsant une démarche de VAE ?

Les RH-VAE ont évoqué 30 principaux objectifs[2] au cœur desquels on retrouve largement le salarié ou collaborateur ; leurs entreprises étant conscientes qu’elles ont tout à gagner en prenant soin de celui-ci à travers, entre autres, la VAE. L’analyse de leurs discours permet de regrouper ces objectifs dans le cadre de 5 principaux objectifs et d’un objectif transversal.

1 – La valorisation des expériences par un diplôme

Dans les entreprises, il y a encore de nombreux salariés qui sont peu ou pas diplômés, qui assument des responsabilités du fait de leurs expériences mais sans en avoir le niveau d’étude requis. En impulsant une démarche de VAE, les entreprises veulent que ces salariés puissent « obtenir un diplôme grâce à leurs expériences ». Il est alors question de la « réussite du salarié » dans l’entreprise et ce, à travers « la valorisation de son expérience ». La VAE apparait toutefois comme un outil permettant de « contrôler les connaissances des salariés vu leurs niveaux de responsabilités ». La validation totale du diplôme légitime dès lors encore plus les salariés dans le cadre des postes qu’ils occupent tout en leur ouvrant de nouvelles perspectives internes et externes.

2 – La valorisation

Au-delà de la valorisation de son expérience, les entreprises visent la valorisation du salarié en impulsant une démarche de VAE. « La Validation des Acquis de l’Expérience, c’est quelque chose de très valorisant pour les salariés. Je le sais parce que je vis avec eux et qu’ils me le disent » ; soutient un RH-VAE. Notamment, l’objectif est de « valoriser les salariés moins diplômés vis-à-vis de leurs collègues occupant le même poste », de les rendre « narcissiques » afin qu’ils retrouvent « l’estime de soi » perdue, de leur « redonner confiance » en eux. Il s’agit pour l’entreprise de « leur signifier sa reconnaissance » en leur permettant (« soutien ») de faire reconnaitre leurs compétences par un diplôme. Ce qui, selon des RH-VAE, est une source de motivation pour les salariés.

3 – La motivation

Une longue expérience peut être pesante, démotivante surtout quand elle est faite de monotonie. La VAE, déclarent des RH-VAE, permet de briser une telle monotonie. Elle permet au salarié de refaire une rencontre avec son métier en le questionnant, redécouvrant. Ce rendez-vous avec soi-même et son métier apparait comme une source de motivation. A travers la VAE, les entreprises visent « la motivation du salarié » ou encore « le maintien de cette motivation ». Il s’agit, nous confie un RH-VAE, de « relancer le salarié ».

4 – L’employabilité

L’employabilité, selon l’Organisation Internationale du Travail, est « l’aptitude de chacun à trouver et conserver un emploi, à progresser au travail et à s’adapter au changement tout au long de la vie professionnelle »[3]. L’environnement de l’entreprise évolue et elle peut avoir à faire face à des crises. Face à l’évolution, il y a notamment sa capacité à renforcer les compétences de ses salariés afin qu’ils relèvent ensemble les nouveaux défis. La VAE associée à la formation est alors une solution permettant la montée en compétences et l’obtention d’un diplôme ; cette mixture est encore appelée « parcours diplômant ». D’où, à travers ce parcours, deux objectifs liés : « professionnaliser », « former » les salariés ; la professionnalisation sous-entendant[4] effectivement la formation. Face à une crise, la variable d’ajustement peut être les ressources humaines. Les salariés expérimentés mais sans (ou avec peu de) diplômes peuvent donc avoir beaucoup de mal à trouver un nouvel emploi. La VAE apparait comme une solution quand l’entreprise décide d’anticiper une telle éventualité. Les entreprises sont conscientes de ces aléas pouvant bouleverser leurs développements et savent l’importance du diplôme sur le marché de l’emploi français. Elles mobilisent dès lors la VAE dans l’optique de « l’évolution et de la consolidation des compétences des salariés » ; le principal objectif étant de « maintenir, développer leur employabilité » à travers particulièrement « l’obtention d’un diplôme certifiant leurs compétences ».

5 – Le développement personnel et professionnel

L’entreprise n’est pas juste un espace professionnel. C’est aussi un espace personnel et les entreprises l’ont compris. Elles « encouragent » effectivement, dans leurs cadres, le développement personnel ; et la VAE, selon les RH-VAE, sous-entend une « technique » permettant un tel développement. « Les techniques de développement personnel visent à la transformation de soi : soit pour se défaire de certains aspects pathologiques (phobie, anxiété, déprime, timidité), soit pour améliorer ses performances (mieux communiquer, gérer son temps, s’affirmer) »[5]. En mobilisant la validation des acquis de l’expérience, les entreprises visent « le développement personnel et professionnel des salariés ». Il s’agit pour elles de les « accompagner », de les « soutenir », de leur montrer qu’elles sont là, à leurs côtés. « Développement », pour certaines entreprises, renvoie à « évolution ». Ces entreprises visent ainsi, à travers la VAE, deux objectifs liés : « aider le salarié à évoluer », « permettre l’évolution des salariés ».

6 – L’objectif transversal : la VAE, un outil stratégique de gestion des RH et de la qualité

Finalement, les entreprises veulent que la VAE – qui fondamentalement permet de transformer une expérience en diplôme – devienne un outil stratégique au service de la gestion des RH et de la qualité. Les discours de RH-VAE font ressortir une telle ambition si ce n’est déjà une réalité dans leurs entreprises. Ces dernières ont, en fait, impulsé une démarche de VAE parce qu’elles veulent, entre autres, « s’inscrire dans une démarche qualité » (professionnalisation, formation, évolution des compétences, …), « générer un sentiment d’appartenance à l’entreprise », « rapprocher les salariés » et il est alors question de « proximité » dans l’entreprise.

Ces objectifs, ont-ils été atteints ?

76,67% des objectifs, qu’avaient les entreprises lors de l’impulsion de leurs démarches de VAE, sont déclarés atteints par les RH-VAE. Selon ces derniers, les 23,33% restant peuvent encore être atteints et cela ne serait qu’une question de temps. Le tableau suivant détaille ces chiffres.

Objectif Nombre de RH-VAE Atteint Pas atteint

Peut encore être atteint

La valorisation des expériences par un diplôme* 6 5 0 1
L’employabilité 6 5 0 1
Le développement personnel et professionnel 6 3 0 3
La valorisation 5 5 0 0
La motivation 4 4 0 0
La VAE, un outil stratégique de gestion des RH

et de la qualité

3 1 0 2
Total 30 23 0 7
%   76,67 0 23,33

* : 6 RH-VAE (soit 60%) évoquent des objectifs renvoyant à l’objectif principal suivant : la valorisation des expériences de certains salariés par un diplôme. 5 RH-VAE déclarent que leurs entreprises ont atteint cet objectif ; un seul déclare qu’il peut encore être atteint dans son entreprise.

Il est particulièrement pertinent de constater que la valorisation et la motivation des salariés sont deux principaux objectifs que les entreprises ont exclusivement atteints. Ces objectifs renvoient, en fait, aux effets de la VAE sur les salariés ayant bénéficié du dispositif. Par exemple, selon un Rapport[6] de Recherche (2011) sur des effets de la validation des acquis de l’expérience en ce qui concerne le développement des individus et des organisations dans le secteur industriel, « les changements dans le travail générés par la VAE » sont la motivation et la valorisation (de soi) selon respectivement 58,9% et 57,3% des salariés ayant fait une VAE ou « VAE + Formation ». Entre autres, la VAE apparait comme un outil pouvant véritablement permettre à des entreprises de motiver et de valoriser des salariés.

Abdoul Karim KOMI

Responsable R&D

[1] RH : Ressources Humaines. RH-VAE est le nom donné, dans cet article, à une personne ayant la responsabilité de la VAE dans son entreprise. Les RH-VAE interrogés occupent les postes de DRH, Responsable du Développement des Compétences et Métiers, Correspondant RH, Responsable RH, Responsable RH et Formation, Responsable Formation.

[2] Certaines motivations (ex. : formation des salariés, évolution de leurs compétences) s’inscrivent dans le cadre du parcours diplômant ; ce dernier consistant à associer formation et VAE.

[3] http://www.ilo.org/public/french/standards/relm/ilc/ilc88/pdf/pr-21.pdf

[4] « Professionnaliser, c’est avant tout former à partir de l’analyse du travail réel » (http://www.formation-professionnelle.fr/2016/02/29/12360/)

[5] Apprendre à vivre. Des philosophies antiques au développement personnel, Les Grands dossiers des Sciences Humaines, n° 23, juin-juillet-août 2011, p. 76.

[6] http://www.vae.gouv.fr/IMG/pdf/f1.pdf

Il nous parle de sa VAE – Karim Belgacem

34deba6

Avec un Bac Pro comptabilité et des études non terminées, Karim Belgacem a obtenu, par la VAE et grâce à son expérience professionnelle, une licence Pro Logistique. Mais avant d’arriver à cet accomplissement, il est passé par différentes étapes: « La VAE, j’y ai pensé pendant des années », « Au fond de moi, je pensais que c’était un projet irréalisable ! » mais avec beaucoup d’envie et de courage la VAE « C’est difficile mais pas impossible » et vous verrez jusqu’ou cela l’a amené.

Découvrez son témoignage en vidéo. 

Ils nous parlent de leur VAE ! – Eric Salvy

Miniature interview eric salvy

eric salvy

 

Avec un bac littéraire en poche et une formation musicale, Eric Salvy a obtenu, par la VAE et grâce à son expérience professionnelle, une licence professionnelle Santé et Visite Médicale. Un diplôme qui est arrivé à point nommé !

 

Comment avez-vous connu la Validation des Acquis de l’Expérience ?

J’ai d’abord fait des recherches personnelles il y a 5 ans. C’était pour moi une première approche. Je me suis ensuite renseigné au sein de mon entreprise, Boehringer Ingelheim. Le service formation interne à l’entreprise m’a expliqué le fonctionnement d’une validation des acquis de l’expérience (VAE) et j’ai vu ici une belle opportunité !

 

Quel diplôme avez-vous passé en VAE ?

J’ai passé la licence professionnelle Santé et Visite Médicale. Cette licence aborde tous les aspects de la médecine au sens large : autant du point de vue de la promotion que des statuts réglementaires des médicaments etc.

 

Aviez-vous des diplômes avant de passer votre VAE ?

Oui j’ai eu un Bac Littéraire, option mathématiques. En parallèle, j’ai été au conservatoire de musique de Toulouse où j’ai été diplômé (flûte traversière)

Mais j’ai toujours eu les pieds sur terre et je ne m’attendais pas à vivre de la musique. Je me suis donc orienté vers les activités commerciales. J’ai été admis à une formation de visiteur médical sur Bordeaux qui s’est passé sur 1 an. Pour la petite anecdote, le jour de l’examen j’ai été embauché par les Laboratoires Servier. J’ai préféré privilégier cet emploi et j’ai passé mon diplôme un an plus tard en candidat libre.

 

 « Ma VAE a enclenché de nouvelles choses dans ma vie »

 

Et votre VAE vous a servi pour votre reconversion professionnelle ?

Oui ! En 1997 je suis arrivé chez Boehringer. Mais en 2013-2014, la crise a frappé de plein fouet notre entreprise. Heureusement pour moi, j’étais justement en train de passer ma VAE. J’ai donc profité du plan PSE mis en place par la boîte pour me lancer dans une reconversion professionnelle. J’ai suivi une formation pour obtenir un diplôme de niveau 1 de Dirigeant d’Economie Medico-Social. Ma formation s’est concrétisée par un stage et j’ai obtenu mon diplôme en 2015. Et finalement, après une phase de recherche, ma reconversion a pris forme car j’ai été embauché le 1er mars dernier pour un CDD de directeur d’une structure de services de soin infirmier, d’aide à la personne et d’accueil de jour.

 

Une VAE ne peut se faire sans une bonne motivation ! Quelle a été la vôtre ?

En fait, je n’ai pas choisi de faire une validation des acquis de l’expérience dans l’objectif d’une reconversion professionnelle. Pour moi, obtenir un diplôme grâce à la VAE c’était mettre à profit toutes ces années d’expériences. C’est pour moi une satisfaction personnelle d’avoir entrepris cette démarche. Et dans un second temps, suite aux évolutions de mon entreprise, bien entendu la VAE a été un catalyseur pour ma reconversion professionnelle.

 

Et dans cette belle aventure, qui vous a accompagné ?

Chrystèle Pouget pour VAE Les 2 Rives. J’ai aussi été suivi par une accompagnatrice de l’université de Dijon. Grâce à ce double accompagnement, j’ai pu être aidé autant sur la forme que sur le fond de mon dossier VAE. Chrystèle était très professionnelle, très agréable. Le point le plus positif dans l’accompagnement est que c’est rassurant et ça nous apporte une grande méthodologie, vraiment nécessaire quand on doit faire le tri dans toute une vie pour la retranscrire à l’écrit. Les rendez-vous réguliers m’ont permis aussi de me donner des objectifs et l’aspect de coaching intensifiait ma motivation. Evidemment, cette forme de tutorat m’a permis d’être plus à l’aise dans ma démarche.  

 

« Les 2 Rives nous apporte un bon rétroviseur pour regarder en arrière »

Aujourd’hui, qu’est-ce que l’obtention de votre diplôme vous a apporté ?

C’est comme si ma VAE avait enclenché de nouvelles choses dans ma vie. J’ai l’impression d’être mieux reconnu, mieux valorisé. Et puis il y a eu cet effet de boule de neige : l’essai a été transformé, comme on dirait dans le Sud-Ouest, avec l’obtention de mon niveau 1 ! C’est également la satisfaction d’avoir atteint un but et d’avoir pu rattraper mes études passées. En quelque sorte, ça a été l’occasion pour moi de terminer quelque chose. Ma nature me pousse toujours à vouloir remporter des challenges et la VAE en a été un. Cette obtention m’a également permis de ne pas laisser quelque chose d’inachevé et d’évoluer au niveau professionnel.

 

Si vous deviez résumer la validation des acquis de l’expérience en 1 mot, quel serait-il ?

Passionnant !

 

Avez-vous un conseil à donner aux candidats qui débutent leur VAE ?

Ne pas tomber dans le désarroi ! On se dit que c’est un gros travail. Mais le plus gros travail c’est de réaliser qu’on sait les choses et qu’il faut simplement les mettre à l’écrit. La validation des acquis de l’expérience nous permet aussi de prendre conscience qu’on a des acquis. Le soutien des 2 Rives nous aide à avoir plus facilement cette prise de conscience. Il faut également savoir prendre du recul sur soi. Mais il ne faut pas s’inquiéter car Les 2 Rives nous apporte un bon rétroviseur pour regarder en arrière ! La VAE est une belle réalisation. Faire connaître votre potentiel acquis : ce sera votre plus forte motivation.