alumni

now browsing by tag

 
 

Il nous parle de sa VAE – Karim Belgacem

34deba6

Avec un Bac Pro comptabilité et des études non terminées, Karim Belgacem a obtenu, par la VAE et grâce à son expérience professionnelle, une licence Pro Logistique. Mais avant d’arriver à cet accomplissement, il est passé par différentes étapes: « La VAE, j’y ai pensé pendant des années », « Au fond de moi, je pensais que c’était un projet irréalisable ! » mais avec beaucoup d’envie et de courage la VAE « C’est difficile mais pas impossible » et vous verrez jusqu’ou cela l’a amené.

Découvrez son témoignage en vidéo. 

1 candidat – 1 consultant : découvrez le binôme VAE du mois #2

miniature #2

 

Le binôme du mois #2

Découvrez le nouveau binôme VAE du mois ! Aujourd’hui nous vous présentons Isabelle Christeaut, assistante transport et douane chez Guerlain. Isabelle est entrée dans la vie active dès ses 18 ans en débutant comme préparatrice de commande, déjà chez Guerlain. Elle a su gravir les échelons en poursuivant comme standardiste puis secrétaire. Et oui, saisir des opportunités était déjà son crédo ! En 2002, Isabelle s’est challengée en changeant de service et en découvrant le secteur du transport et de la douane. Motivée par une collègue, c’est en 2014 qu’elle s’est lancée le nouveau challenge d’obtenir son Bac Professionnel Transport grâce à la Validation des Acquis de l’Experience !

Nous vous laissons découvrir son expérience VAE et le binôme qu’elle a formé avec Chrystèle, sa consultante.

Quelles ont été vos motivations personnelles et professionnelles dans le choix de votre VAE ?

[Isabelle Christeaut] Mes premières motivations étaient personnelles. Je voulais montrer à mes parents que ça m’embêtait de ne pas avoir eu de diplôme et c’était donc une vraie revanche pour eux. Mais aussi, j’ai toujours eu une passion pour chacun de mes postes et j’ai vu cette VAE comme un beau challenge de valoriser ma passion et mes acquis. J’ai ressenti le besoin de concrétiser toutes mes années d’expériences passées.

Du côté professionnel, je ne suis pas une personne carriériste alors me dire « je fais une VAE pour évoluer professionnellement », ce n’était pas mon état d’esprit. Bien sûr, j’aime aller de l’avant et j’aime pousser les choses à leur maximum. A un certain moment de ma démarche, je me suis évidemment posée la question de l’évolution de poste. Et finalement c’est un challenge qui est devenu un réel défi pour moi. C’était comme un cri du cœur : vous voyez, à plus de 50 ans, je suis encore dans la course !

« J’avais besoin d’être épaulée »

Et dans cette aventure, qui vous a accompagné ?

[I.C.] Chrystèle Pouget ! J’ai vécu cet accompagnement comme un vrai bonheur ! Elle m’a tout de suite cernée. Elle a cerné mon caractère sur tous les points, au niveau émotionnel également. Quand je baissais les bras, elle a su trouver les mots pour me remettre dans les rails. Vous savez, j’étais en immersion pendant plus de 8 mois. Je me suis mise une pression tellement énorme que ma vie personnelle a été mise de côté. Plus je rentrais dans le mémoire, plus je me parasitais. J’étais exigeante envers moi-même. Au bout d’un moment, mon mémoire était une bible ! Il faisait 146 pages. Alors heureusement que Chrystèle était là pour me canaliser et me soutenir. J’avais besoin d’être épaulée et elle a été parfaite pour cela. Au tout début de ma démarche, je me suis demandé si l’accompagnement serait vraiment nécessaire. Et aujourd’hui je me dis : heureusement qu’il y en a eu !

 

***************************************************

Les souvenirs du consultant…

« [Chrystèle Pouget] Je garde un excellent souvenir d’Isabelle ! Elle a démontré une implication et une assiduité sans faille dans son projet VAE. Lorsque j’ai rencontré Isabelle, elle avait déjà identifié son diplôme et avait mené seule la phase de recevabilité. Je l’ai donc accompagnée dans la rédaction de son dossier ainsi que pour la préparation orale. C’était un accompagnement très agréable. Il est vrai qu’en plus d’être avenante, toujours de bonne humeur et à l’écoute des conseils, Isabelle a fait preuve d’un investissement exceptionnel tout au long de sa démarche, ce qui l’a conduite à présenter un dossier d’une qualité rare, qui a bien entendu été soulignée par les membres du jury. Le niveau d’investissement est déterminant dans la réussite du projet VAE, Isabelle l’a compris immédiatement et a fourni beaucoup de travail, dès le début, parfois même trop ! La difficulté d’Isabelle était justement de canaliser le niveau d’informations. Perfectionniste et soucieuse du détail, elle voulait tout dire, ne rien laisser au hasard. Mon rôle était alors de l’amener à sélectionner les informations les plus importantes au regard du diplôme pour parvenir à synthétiser davantage. Le dossier faisait tout de même plus de 140 pages, une jolie « bible » !! mais je crois qu’il aurait pu en faire 200 🙂 »

***************************************************

Qu’est-ce que l’obtention de votre diplôme vous a apporté ?

[I.C.] Aujourd’hui, j’ai plus confiance en moi. La validation des acquis de l’experience a renforcé mes compétences ! J’ai vraiment creusé chaque aspect de mon métier et ça m’a complètement valorisé. Aussi, l’obtention de mon diplôme a apporté de la fierté à mes enfants et à mes parents, qui était l’un de mes objectifs ! Je ressentais le besoin de le faire et je suis super contente d’avoir relevé ce challenge.

J’ai également eu un apport formidable lors du jury final car j’ai eu les félicitations des professionnels. Ils ont valorisé mon travail et pour moi, ça a été une belle récompense !

Après toute cette démarche, j’ai ressenti un manque. Alors aujourd’hui je me rends compte que j’ai tendance à aller plus loin dans les missions que mon responsable me donne (je suis restée dans l’état d’esprit de la VAE).

« C’était comme un cri du cœur : vous voyez, à plus de 50 ans, je suis encore dans la course ! »

Si vous deviez résumer la VAE en 1 mot, quel serait-il ?

[I.C.] Aventure. Et une belle aventure.

Si vous deviez donner un conseil aux candidats débutant dans leur VAE, quel serait-il ?

[I.C.] Ne vous dispersez pas ! Il ne faut pas trop rentrer dans les détails, trouvez un juste milieu. Entraînez-vous également à synthétiser.
Je pense aussi que l’honnêteté est indispensable dans votre dossier de validation des acquis de l’experience. N’inventez pas des compétences que vous ne maîtrisez pas, vous risquez de vous piéger vous-même lors du jury final.

Conseil pour le jury : savoir montrer la passion de son métier. Soyez sincère, démontrez que vous connaissez ce que vous exposez. Soyez à l’aise avec les questions du jury car vous maitrisez ce que vous dites, c’est votre métier et ayez confiance en cela

Je vais terminer par un dernier conseil concernant l’accompagnement. J’ai vécu une belle aventure avec Chrystèle parce qu’il y avait une réelle confiance qui s’est installée entre nous. Mon conseil est donc de tout faire pour que votre binôme soit complice. Prenez tous les conseils, même si parfois certaines choses ne sont pas faciles à entendre, votre consultant est là uniquement pour vous pousser vers le haut ! Profitez de votre accompagnement !

 

Retrouvez dès le mois prochain un autre binôme VAE consultant-candidat ! 🙂

Ils nous parlent de leur VAE ! – Eric Salvy

Miniature interview eric salvy

eric salvy

 

Avec un bac littéraire en poche et une formation musicale, Eric Salvy a obtenu, par la VAE et grâce à son expérience professionnelle, une licence professionnelle Santé et Visite Médicale. Un diplôme qui est arrivé à point nommé !

 

Comment avez-vous connu la Validation des Acquis de l’Expérience ?

J’ai d’abord fait des recherches personnelles il y a 5 ans. C’était pour moi une première approche. Je me suis ensuite renseigné au sein de mon entreprise, Boehringer Ingelheim. Le service formation interne à l’entreprise m’a expliqué le fonctionnement d’une validation des acquis de l’expérience (VAE) et j’ai vu ici une belle opportunité !

 

Quel diplôme avez-vous passé en VAE ?

J’ai passé la licence professionnelle Santé et Visite Médicale. Cette licence aborde tous les aspects de la médecine au sens large : autant du point de vue de la promotion que des statuts réglementaires des médicaments etc.

 

Aviez-vous des diplômes avant de passer votre VAE ?

Oui j’ai eu un Bac Littéraire, option mathématiques. En parallèle, j’ai été au conservatoire de musique de Toulouse où j’ai été diplômé (flûte traversière)

Mais j’ai toujours eu les pieds sur terre et je ne m’attendais pas à vivre de la musique. Je me suis donc orienté vers les activités commerciales. J’ai été admis à une formation de visiteur médical sur Bordeaux qui s’est passé sur 1 an. Pour la petite anecdote, le jour de l’examen j’ai été embauché par les Laboratoires Servier. J’ai préféré privilégier cet emploi et j’ai passé mon diplôme un an plus tard en candidat libre.

 

 « Ma VAE a enclenché de nouvelles choses dans ma vie »

 

Et votre VAE vous a servi pour votre reconversion professionnelle ?

Oui ! En 1997 je suis arrivé chez Boehringer. Mais en 2013-2014, la crise a frappé de plein fouet notre entreprise. Heureusement pour moi, j’étais justement en train de passer ma VAE. J’ai donc profité du plan PSE mis en place par la boîte pour me lancer dans une reconversion professionnelle. J’ai suivi une formation pour obtenir un diplôme de niveau 1 de Dirigeant d’Economie Medico-Social. Ma formation s’est concrétisée par un stage et j’ai obtenu mon diplôme en 2015. Et finalement, après une phase de recherche, ma reconversion a pris forme car j’ai été embauché le 1er mars dernier pour un CDD de directeur d’une structure de services de soin infirmier, d’aide à la personne et d’accueil de jour.

 

Une VAE ne peut se faire sans une bonne motivation ! Quelle a été la vôtre ?

En fait, je n’ai pas choisi de faire une validation des acquis de l’expérience dans l’objectif d’une reconversion professionnelle. Pour moi, obtenir un diplôme grâce à la VAE c’était mettre à profit toutes ces années d’expériences. C’est pour moi une satisfaction personnelle d’avoir entrepris cette démarche. Et dans un second temps, suite aux évolutions de mon entreprise, bien entendu la VAE a été un catalyseur pour ma reconversion professionnelle.

 

Et dans cette belle aventure, qui vous a accompagné ?

Chrystèle Pouget pour VAE Les 2 Rives. J’ai aussi été suivi par une accompagnatrice de l’université de Dijon. Grâce à ce double accompagnement, j’ai pu être aidé autant sur la forme que sur le fond de mon dossier VAE. Chrystèle était très professionnelle, très agréable. Le point le plus positif dans l’accompagnement est que c’est rassurant et ça nous apporte une grande méthodologie, vraiment nécessaire quand on doit faire le tri dans toute une vie pour la retranscrire à l’écrit. Les rendez-vous réguliers m’ont permis aussi de me donner des objectifs et l’aspect de coaching intensifiait ma motivation. Evidemment, cette forme de tutorat m’a permis d’être plus à l’aise dans ma démarche.  

 

« Les 2 Rives nous apporte un bon rétroviseur pour regarder en arrière »

Aujourd’hui, qu’est-ce que l’obtention de votre diplôme vous a apporté ?

C’est comme si ma VAE avait enclenché de nouvelles choses dans ma vie. J’ai l’impression d’être mieux reconnu, mieux valorisé. Et puis il y a eu cet effet de boule de neige : l’essai a été transformé, comme on dirait dans le Sud-Ouest, avec l’obtention de mon niveau 1 ! C’est également la satisfaction d’avoir atteint un but et d’avoir pu rattraper mes études passées. En quelque sorte, ça a été l’occasion pour moi de terminer quelque chose. Ma nature me pousse toujours à vouloir remporter des challenges et la VAE en a été un. Cette obtention m’a également permis de ne pas laisser quelque chose d’inachevé et d’évoluer au niveau professionnel.

 

Si vous deviez résumer la validation des acquis de l’expérience en 1 mot, quel serait-il ?

Passionnant !

 

Avez-vous un conseil à donner aux candidats qui débutent leur VAE ?

Ne pas tomber dans le désarroi ! On se dit que c’est un gros travail. Mais le plus gros travail c’est de réaliser qu’on sait les choses et qu’il faut simplement les mettre à l’écrit. La validation des acquis de l’expérience nous permet aussi de prendre conscience qu’on a des acquis. Le soutien des 2 Rives nous aide à avoir plus facilement cette prise de conscience. Il faut également savoir prendre du recul sur soi. Mais il ne faut pas s’inquiéter car Les 2 Rives nous apporte un bon rétroviseur pour regarder en arrière ! La VAE est une belle réalisation. Faire connaître votre potentiel acquis : ce sera votre plus forte motivation.

 

1 candidat – 1 consultant : découvrez le binôme VAE du mois #1

miniature

Le binôme du mois # V2 png

 

Une VAE, ça marche mieux à 2, c’est pour cela que chaque mois, nous vous présenterons un binôme que forme un candidat avec son consultant VAE ! Vous verrez que l’apport va bien au delà du conseil et que c’est cette relation à 2 qui démultiplie l’impact de la validation des acquis de l’expérience !

Pour notre premier binôme du mois, nous vous présentons Eric Dufour, responsable de formation à la Mutuelle d’Assurance des Professionnels de la Santé (MACSF). Titulaire d’un Baccalauréat comptabilité, Eric a suivi des études de droit pour finalement se réorienter dans le secteur des assurances. Après avoir consolidé ses compétences dans le service Assurance de la MACSF pendant 5 ans, Eric a enclenché un tournant dans sa carrière en intégrant le département formation et en devenant animateur de formation. C’est en 2013 qu’Eric s’est lancé dans une VAE avec Les 2 Rives pour obtenir une Licence Professionnelle de Formateur ! 

Nous vous laissons découvrir son expérience VAE et le binôme complémentaire qu’il a formé avec François, son consultant. 

Pouvez-vous nous décrire vos motivations personnelles et professionnelles dans le choix de votre VAE ?

[Eric Dufour] D’un point de vue personnel , prendre de la hauteur sur mes échecs et mes réussites ! Cette VAE a été pour moi un point étape. Je me suis remis en question et je me suis enfin occupé de moi. Et ça c’est génial. Jusqu’à présent mon métier fait que je m’occupe des autres, je les forme, et pour une fois s’occuper de soi, ça fait du bien !

Quant à mes motivations professionnelles, je n’en ai pas réellement eues. C’était vraiment une volonté personnelle parce que mon poste n’était pas remis en question, j’étais et je suis très bien intégré dans ma boîte. Peut-être y avait-il l’envie de dire « moi aussi j’ai un diplôme » ? Concernant mon évolution professionnelle depuis, certes le diplôme a pesé dans la balance, mais ce n’était pas mon objectif premier en faisant ma validation des acquis de l’experience.

Et dans cette aventure, qui vous a accompagné ?

[E.D.] François Brion ! J’ai vécu cet accompagnement formidablement bien. J’ai découvert en François un allié et une personne avec qui je pouvais échanger librement. Au-delà d’une démarche scolaire, notre relation était basée sur le partage. On se partageait des bouquins, des citations…et notre avis évidemment ! J’ai des facilités dans l’écriture, cela n’était donc pas un point sur lequel je devais beaucoup travailler. Cependant avec François on jouait sur la stratégie des mots, et cela a valorisé mon dossier. Il y a eu une exigence au niveau intellectuel qui s’est mise en place. François m’a toujours tiré vers le haut, il m’en demandait plus car il savait que je pouvais me projeter. Ce n’est pas évident de voir ce qu’il y a eu de bien et moins bien dans sa vie, l’accompagnement grâce à VAE Les 2 Rives a été utile pour se rendre compte de cela. 

**********************************

Les souvenirs du consultant…

« [François Brion] Les souvenirs que je garde de cet accompagnement sont à la fois très présents et marqués par la richesse de nos échanges. Les enjeux de la VAE d’Eric se situaient à deux niveaux : démontrer qu’il était passé de fonctions opérationnelles à un rôle de formateur et démontrer ses capacités à transférer ses acquis de formateurs à un autre environnement professionnel. Tâche d’autant plus ardue qu’Eric a effectué l’intégralité de son parcours professionnel dans le même environnement. Les clés de la réussite de sa VAE ont été, au delà de son assiduité et de la régularité de son travail, une véritable prise de recul enrichie par de nombreuses lectures, une réelle ouverture d’esprit  l’amenant à intégrer les « remises à plat » de sa pratique,  que peut provoquer cette prise de recul. »

*********************************

Qu’est-ce que l’obtention de votre diplôme vous a apporté ?

[E.D.] La concrétisation d’une évolution professionnelle. Une synthèse, un instant T. Je suis reconnu dans mon métier. La VAE permet de se conforter dans nos compétences. Le diplôme vient en conclusion logique de ce qui a été réalisé jusqu’à présent. C’est un parcours professionnel sanctionné par l’obtention d’un diplôme.

Aujourd’hui, j’ai évolué professionnellement, je suis passé sur un volet abordant plus de management. Mais je n’en ai pas fini avec les diplômes…il y aura une suite ! En effet, d’ici 2017-2018, je compte passer un Master par le biais de la VAE. Prévenez François qu’il me reverra bientôt !

Si vous deviez résumer la VAE en 1 mot, quel serait-il ?

[E.D.] Je vais tricher, j’en ai deux. Le premier c’est « s’élever » et le deuxième « auto-évaluation ». C’est vrai que la VAE a permis de s’occuper de soi et de prendre de la hauteur sur ce que l’on a fait et ce que l’on sait faire. On se pose intellectuellement et on réfléchit sur son parcours. On s’auto-évalue.

Si vous deviez donner un conseil aux candidats débutant dans leur VAE, quel serait-il ?

[E.D.] De bosser régulièrement. Si vous savez que vous voulez faire une validation des acquis de l’experience, commencez à consigner tout ce que vous faites ! Comme le petit poucet qui laisse ses petits cailloux derrière lui, recensez dans un cahier toutes vos compétences, objectifs, réalisations. Prenez simplement 5 à 10 minutes par semaine pour faire le point sur les jours passés et notez ce que vous avez fait. Il faut dès le début savoir s’organiser. Mais surtout, quand vous vous lancez dans cette démarche, n’oubliez pas que c’est un plaisir avant tout !

 

Retrouvez dès le mois prochain un autre binôme VAE candidat-consultant ! 😉