L’entreprise, n’est pas un lieu aussi neutre que l’on pourrait le croire

C’est une évidence, un salarié heureux travaille mieux qu’un employé malheureux.

Une étude a été menée en Grande Bretagne, où sept cents cobayes se sont livrés à quelques expériences. Au premier groupe, les universitaires grands-bretons ont demandé de se replonger dans leurs mauvais souvenirs et de se remémorer leurs scènes de ménage ou leurs deuils récents, histoire de plomber l’ambiance. Aux autres ont été servi des chocolats. Ils ont également eu droit à une projection de clips rigolos.

Suite à cela, les tristes et les enjoués ont tous été soumis au même examen de maths chronométré. Résultat ? Non seulement les participants qui étaient en joie ont fini le test avant les attristés, mais en plus, leurs réponses étaient plus justes.

Une performance supérieure de 10 à 12% par rapport aux autres.

fille