La VAE: où en est-on aujourd’hui?

Les chiffres

S’il existe des manques aggravants dans le dispositif de la VAE, c’est bien ceux de la lisibilité et visibilité. Il est impossible d’avoir des données précises sur l’impact et l’efficacité de la VAE. Comme dit Jean-Philippe Cépède, « la VAE avance à l’aveugle« . Certes, nous disposons de statistiques de la Dares, mais soit elles portent sur une photographie générale et somme toute assez flou du dispositif soit, lorsqu’elles sont détaillées, elles ne concernent qu’un nombre restreint de certificateurs ou de régions.

  • Après son lancement, la VAE connait une progression indéniable. Le nombre de certifications délivrées, tous ministères certificateurs confondus, passe de 10 744 en 2003 à 25 956 en 2006.
  • Un pic est atteint en 2007 avec 30 034 certifications obtenues.Cela a faibli légèrement en 2008 avec 28 296 avant de repartir en 2009 avec 31 880 certifications pour une moyenne de 75 000 dossiers recevables et environ 58 000 examinés par un jury.
  • En 2010, près de 53 000 candidats se sont présentés devant un jury et un peu plus de 30 000 ont reçus une certification.
  • Au total, de 2002 à 2010, pour environ 500 000 candidats recevables, 197 136 certifications ont été délivrées par la VAE. (Nous sommes loin de l’objectif gouvernemental fixé à 60 000 certifications par an soit 480 en huit ans.
  • Néanmoins, de par ces chiffres nous pouvons constater que la VAE se porte bien puisque le nombre de diplômes délivrés a triplé depuis sa création.

Qui se présente à quelle certification?

Ce sont davantage les femmes qui tentent l’aventure de la VAE et qui obtiennent leur diplôme par la VAE: elles constituent la quasi totalité des candidats. On comprend pourquoi: les premiers diplômes ouverts à la VAE par les ministère chargé des Affaires sociales et de la Santé et chargé de l’emploi concernaient des métiers quasi exclusivement féminins (auxiliaire de vie sociale, aide-soignante, assistante de vie aux familles etc.).

Dans la grande majorité, les candidats sont très actifs, seulement un quart d’entre eux est inactif.

L’impact de la VAE se concentre essentiellement sur des titres délivrés par l’Education nationale, l’Emploi, les Affaires sociales et la santé, et l’Agriculture. les deux tiers des candidats postulent majoritairement pour une certification située aux premiers niveaux de formation du secondaire et 18% au niveau du baccalauréat.

La VAE et l’Education nationale se complètent l’une et l’autre: elles permettent aux personnes qui sortent de formation initiale avec « un bagage scolaire insuffisant » de recouvrer une dignité que l’autre n’a pas su leur apporter.

L’Education nationale reste aujourd’hui le principal certificateur même si sa prédominance s’est fortement réduite depuis 2004 au profit des autres ministères.