1er emploi, les étudiants seraient trop optimistes

En ce qui concerne l’insertion professionnelle, la réalité est parfois cruelle. D’après une enquête britannique, les futurs jeunes diplômés se montreraient trop optimistes, voire irréaliste, quant à l’emploi qu’ils occuperont une fois leurs études terminées.

Selon un rapport du National Centre for Universities and Business, 80 % des étudiants interrogés pensent qu’ils auront un travail correspondant à leur niveau d’études 6 mois après la fin de leur formation. Pourtant, ils ne sont que 53 % à trouver l’emploi qu’ils recherchent et ce, dans les 5 ans qui suivent l’obtention du diplôme. Ces résultats dépendent néanmoins des filières choisies par les étudiants.

Ceux en sciences humaines seraient les plus réalistes. Les étudiants dans un cursus de philosophie ou d’histoire sont 56 % à penser qu’ils auront un travail dans les 6 mois. Cela résulte probablement du caractère moins concret de leurs études. A l’inverse, ce sont les étudiants en médecine ou les ingénieurs qui ont le plus d’espoir : 90 % d’entre eux s’attendent à travailler dans leurs domaines seulement quelques mois après la fin de leurs études.

Selon Aaron Porter, directeur des affaires externes au NCUB, ce décalage serait d’abord dû à une mauvaise connaissance du monde du travail. Il a déclaré « Si les étudiants souhaitent réaliser leurs ambitions, ils ont besoin de faire des recherches et d’avoir accès à davantage d’informations sur les compétences demandées par les employeurs« .

Emploi

Il est très important de bien se renseigner sur les perspectives d’emploi et le dynamisme du secteur d’activité visé, avant de se lancer dans une formation