L’emploi des seniors

Fort est de constater que le chômage des jeunes baisse, car boosté par quelques 100 00 contrats aidés, tandis que l’emploi des seniors ne cessent de faiblir faute de licenciements.

Aujourd’hui la réalité des statistiques est cruelle : si le chômage des moins de 25 ans baisse depuis avril dernier, passant de 792 600 demandeurs d’emploi toute catégorie confondues à 771 000 en décembre dernier ; celui des plus de 50 ans, lui, ne cesse de croître, passant de 989 200 à 1 055 100 entre avril et décembre 2013.

La France est le pays européen où l’emploi des seniors est le plus faible, 44% contre 60%- 70% en Allemagne, au Royaume-Uni, ainsi que dans les pays nordiques. Nous sommes encore un des rares pays à n’avoir toujours pas atteint l’objectif de 50 %, fixé par Bruxelles à tous les pays de l’Union européenne.

Pourtant nos seniors sont tout autant qualifiés et motivés pour travailler plus, l’obstacle majeur viens de notre politique RH. La France est le seul pays où, quelle que soit l’évolution de la productivité d’un salarié, son salaire augmente avec l’âge ! On privilégie l’ancienneté au mépris de la compétence !

De par leur âge nos seniors coûtent chers, c’est donc tout simplement pour une histoire de coût qu’ils sont délaissés ? Pas seulement, passés 50 ans, 2 entreprises sur 3 n’investissent pas dans la formation des seniors. Ce qui fait qu’ils sont malgré eux en décalage avec les nouvelles techniques employés, et donc moins compétitifs. Afin de relancer le travail chez les seniors il faut changer les mentalités et revoir notre système RH.

seniorvae